Venue de Mauel VALLS en Lorraine La CGT organise une conférence de presse

71

COMMUNIQUÉ DE PRESSE
Contre la loi Santé de Mme TOURAINE, luttons pour la défense du service public hospitalier
 
La loi Santé de Mme TOURAINE est régulièrement évoquée dans les médias au travers de la lutte que mènent les médecins contre la généralisation du tiers payant.
Pour la CGT, le danger de cette loi est surtout que, contrairement aux promesses du candidat HOLLANDE, elle ne remet pas en cause la loi BACHELOT dite HPST qui avait fait tant de mal aux hôpitaux publics.
Aujourd'hui, la loi TOURAINE perpétue une vision libérale et décomplexée de la Santé :
  • en permettant aux cliniques privées de prendre part au service de santé au public sans réelle contrainte,
  • en obligeant les hôpitaux publics à se regrouper régionalement en GHT (groupements hospitaliers de territoire) accélérant ainsi les restructurations d'établissements, les fermetures de lits et les obligeant aussi à mutualiser leurs moyens (ex : fusion de services administratifs et logistiques avec pertes d'emplois à la clé),
  • en renforçant la toute puissance des Agences Régionales de Santé 
Le 10 mars 2015, la CGT du CPN manifestait devant l'ARS de Lorraine pour protester contre l'implantation d'une clinique privée de psychiatrie sur TOUL. Une délégation reçue par le référent Santé Mentale de l'ARS a été informée que cette clinique privée répondait à la demande de certains psychiatres libéraux se plaignant que leurs patients refusaient de se faire soigner au CPN (hôpital public) et devaient alors se diriger vers des cliniques privées parisiennes, allemandes ou dans la région PACA !
Quelles catégories de patients peuvent ainsi se permettre de payer des cliniques dans ces régions selon vous ?
 
Alors que la crise économique fait rage dans notre pays, que des bassins d’emplois industriels sont fragilisés, le gouvernement qui devrait être garant de l'égalité d'accès aux soins dans le cadre d'une protection sociale renforcée et solidaire, préfère au contraire instaurer une santé à 2 vitesses :
  • les cliniques privées pour les patients les plus riches ou ayant les moyens de payer une bonne couverture santé,
  • les hôpitaux publics pour les plus démunis et ceux qui souffrent des pathologies les plus lourdes
C'est cette vision des soins que combat la CGT pour qui la Santé n'est pas une marchandise que l'on peut ainsi livrer aux appétits des actionnaires et autres promoteurs privés.
 
La CGT du CPN dénonce le rôle des ARS à qui le gouvernement demande de faire appliquer auprès des établissements publics des mesures de restriction budgétaire (encore récemment la Ministre adressait une note aux ARS leur demandant un plan d'économies de 3 milliards d'euros supportés principalement sur la masse salariale des établissements hospitaliers)
 
Au CPN, cette politique s'est traduit depuis 2014 par :
  • une fermeture progressive de lits en psycho-gériatrie (5 lits) mais aussi en réhabilitation psychosociale (une vingtaine de lits),
  • la fermeture de 15 lits d'hospitalisation du secteur de psychiatrie de TOUL,
  • la fermeture de 3 lits d’hospitalisation du secteur du Lunévillois,
  • des baisses de budget de l'ordre de 265 000 € par an,
  • une « chasse » aux dépassements de la durée moyenne de séjour,
  • des personnels non-remplacés et en souffrance 
Au lieu de conforter le secteur public hospitalier, le choix de nos gouvernants s'oriente vers une privatisation aveugle du soin.
Peu importe si la psychiatrie repose sur de l'humain et que les promoteurs privés mettent moins de personnel au chevet du patient que dans le public (30 à 50% de personnels en moins) !
Peu importe que les patients aient à payer plus cher (supplément chambre individuelle, télé, …) !
Ce qui prime, c'est de se débarrasser d'un maximum de prises en charge confiées au service public pour ainsi économiser sur les postes de fonctionnaires !
C'est comme cela depuis plusieurs années maintenant que l'on détruit  l'Hôpital Public dans notre pays.
Pour ceux qui veulent avoir une idée du système de soins vers lequel on se dirige, allez voir en Grande Bretagne ce qu’ont provoqué comme ravages les politiques ultralibérales !
 
Pour conclure et résumer ce qui nous attend, la CGT du CPN craint tout bonnement à court ou moyen terme un désengagement massif du gouvernement dans le financement de la santé ce qui conduira inexorablement à :
  • des disparitions d'emplois dans notre secteur,
  • des fermetures de lits et d'hôpitaux publics,
  • un retour à un hôpital asilaire (dans l’acception négative du terme)
  • une fuite des médecins vers le privé plus lucratif,
  • des difficultés d'accès aux soins et un renchérissement du coût des soins pour bon nombre d'entre nous