Restructurations (suite) sur le pôle du grand Nancy

88

Mais ne vous inquiétez pas, tout se fera bien évidemment en concertation avec les agents, …. (Discours bien rôdé que l’on commence à connaître au CPN)
 
Avant 
  • Unité A de 21 lits
  • Unité E de 15 lits sous contrainte
  • Unité F de 22 lits SL
  • CMP Médreville
  • CMP Les Nations
  • CMP Mon-Désert
  • CMP Les Hulottes
  • CMP Essey  
     
  
Après
  • Unité A de 18 lits (nouveau projet parle même de 22 lits !?)
  • Unité E fermée
  • Unité F de 18 lits majorité SDT
  • CMP Médreville fermé
  • CMP Les Nations fermé
  • CMP Mon-désert fermé
  • CMP Les Hulottes fermé
  • CMP Essey (activité accrue)
  • CMP ex MGEN Vandoeuvre ouvert pour compenser les CMP fermés   

     
On apprendra par la suite un autre projet « secret » : fermer 3 lits sur BONVOL et suppression de 2 postes infirmiers.
 
 Pour la CGT, ce nouveau projet du PGN est INACCEPTABLE !
 
Inacceptable pour les professionnels qui vont encore une fois devoir subir des réorganisations déstabilisantes pour eux (stress, remise en cause de leur façon de travailler, incertitude sur leurs affectations, impact sur leur vie personnelle du fait de nouveaux horaires de travail, …)
Tous les indicateurs sont pourtant au rouge : de nombreux rapports d’experts pointent le lien entre ces réorganisations et la dégradation de l’état de santé des agents. Le CPN se croit-il protégé de la survenue d’évènements tragiques médiatisés ces derniers mois (Paris, …) ?
 
Inacceptable sur le terrain de l’emploi puisque cette réduction de l’offre de soins en hospitalisation va engendrer inévitablement un réajustement des ratios ETP/lits donc in fine, des suppressions de postes et des non-remplacements de départs.
 
Inacceptable pour les patients : 
  • Comment cautionner ce projet qui consiste à fermer le dernier CMP placé au cœur de la cité ? 
  • Comment analyser la fermeture de lits SL alors que l’établissement est régulièrement sollicité par l’UAUP pour des patients à hospitaliser, qu’on leur répond qu’il n’y a pas de lits sur le PGN et qu’on hospitalise au mieux hors secteur … ?
  • Comment comprendre ce virage vers de l’enfermement asilaire là où on nous rabat les oreilles sur l’importance d’augmenter l’activité ambulatoire ?  
     
La CGT se tient disponible pour convenir avec les agents des actions à mettre en place.

La CGT demande à la Direction un moratoire sur les fermetures de lits et de services, pour prendre le temps de bien analyser les risques encourus et adapter ensuite les projets médicaux. Les professionnels ne doivent pas perdre leur santé au travail et sont en capacité aux côtés des organisations syndicales de faire des propositions concrètes. 
 
C’est notre combat à la CGT !