Restructuration ENVOL / BONFILS : Fermeture de lits et destruction d’emplois en perspective ?

62

  • réduction capacitaire sur Archambault (rebaptisée au passage U.P.P.A) avec mise en œuvre d’un nouveau projet de soins,
  • réduction capacitaire sur PRISME (une vingtaine de lits) avec sortie de patients psychotiques déficitaires en direction des M.A.S, …
  • ouverture de 12 lits au sein de l’EPHAD Notre Dame Du Bon Repos à MAXEVILLE pour accueillir nos patients âgés,
  • ….
Aujourd’hui, la disparition annoncée de l’ENVOL et de BONFILS est entérinée et se traduira par la création d’une seule unité de 22 lits (dont 4 séquentiels) avec une équipe de 10 infirmiers et 11 aides-soignants (2 matin / 2 AM / 1 poste de journée / 2 de nuit).
Par conséquent et sur la base du fameux ratio ETP/lits, ce sont 30 collègues soignants d’ENVOL et BONFILS non-retenus pour la nouvelle unité qui se retrouvent sur la sellette faute de postes vacants au sein du CPN !
 
Pas de problème pour la Direction : aucun agent ne sera laissé sur le bord de la route ! Chaque agent en surnombre se verra dans un 1er temps affecté temporairement en tant que renfort (pool de suppléance) dans les différentes unités du CPN puis dans un 2nd temps obtiendra une affectation définitive au fur et à mesure des départs en retraite.
Donc, pour résumer, il y aura bel et bien à terme 30 postes de soignants supprimés dans les effectifs globaux de l’établissement !
 
Pour notre organisation syndicale, ce projet est dans l’état inacceptable !
La CGT revendique au contraire :
  • une pérennisation de ces postes pour permettre aux unités d’hospitalisation de fonctionner correctement et prodiguer ainsi les soins de qualité attendus par la population,
  • la mise en place de personnels en nombre suffisant dans la nouvelle unité de 22 lits qui accueillera les anciens patients de BONFILS et d’ENVOL,
  • la mise en place d’un réel projet pour tenir compte des différents « manquements » reprochés par le Directeur de l’A.R.S au CPN et qui « justifieraient » l’implantation d’une clinique privée (cf courrier CME au verso)
  • le renforcement des services de l’ambulatoire pour résorber les listes d’attente et la saturation des bureaux de consultations dans nos C.M.P,
  • l’ouverture de discussions autour de la construction d’un projet de service ambitieux pour le futur CMP qui doit s’installer dans les locaux de la MGEN en 2015 (fusion des CMP Les Nations, Hulottes et Mon-Désert)
La CGT attend de la part de la CME une position claire autour du projet médical et du devenir de certains services.