Coupe du monde de football Carton rouge de la CGT

99

La CGT s’élève également contre la déclaration de Michel Platini dans laquelle il disait des Brésiliens : "Qu’ils attendent un peu avant de faire des éclats sociaux", faisant ainsi tomber le vernis de probité dont il s’était paré, contrairement à Pelé, autre gloire du football, qui dit comprendre et soutenir les manifestations lorsqu’elles sont pacifistes! Mais la seule réponse de l’Etat a été, et demeure, la répression policière et militaire. Expulser les plus pauvres et créer une zone d’exclusion de dix kilomètres des enceintes sportives pour les Brésiliens aux revenus insuffisants (selon Platini), autant de projets tout-à-fait inacceptables !

La CGT refuse qu’au nom des grandes manifestations sportives, il soit pratiqué quelque exclusion sociale que ce soit et que les citoyens soient méprisés au profit de l’argent roi, fusse dans un sport aussi populaire que le football.

Les événements sportifs sont la plupart du temps très populaires et devraient donc être à l’avant-garde du progrès social, alors qu’ils sont devenus la vitrine du libéralisme. La FIFA, comme donneur d’ordre, doit respecter les normes de l’Organisation Internationale du Travail.

Pour la CGT, ceci pose la question des grandes manifestations sportives internationales, laissées entre les seules mains d’intérêts financiers portés par les instances sportives internationales.

De cela la CGT ne saurait se satisfaire

Montreuil, le 4 juin 2014