CHSCT du 10 juin 2014 Le compte-rendu de la CGT du CPN

89

Utilisation de la cigarette électronique au CPN
 
La Direction nous informe qu’une note de service va être rédigée pour interdire la cigarette électronique au CPN dans les lieux clos et couverts à l’image de la cigarette classique.
La CGT précise qu’aucun texte de loi n’interdit aujourd’hui l’usage de la cigarette électronique dans les lieux publics mais le CHSCT reconnaît la nécessité d’appliquer le principe de précaution sur le sujet.
 
Conditions de travail et d’emménagement au NBH (point CGT) :
 
La CGT revient sur les difficultés rencontrées lors de l’emménagement liées notamment à une certaine « précipitation » et demande à la Direction que soient clarifiées les modalités lors d’un déménagement.
Pour notre organisation syndicale, il est primordial d’utiliser les compétences des agents à bon escient. Il n’appartient ni aux cadres ni aux agents administratifs de décharger les camions !
 
Des conditions de travail difficiles ressortent aussi particulièrement à l’unité A .Les moyens humains ne sont pas suffisants sur cette unité compte tenu des profils et du nombre de patients accueillis. (Jusqu’à 7 isolements pour 3 chambres PSI, 15 jours seulement après l’ouverture !).
Le CHSCT alerte la Direction sur l’insécurité qui semble régner sur cette unité et demande le renforcement pérenne de l’équipe d’autant plus qu’un absentéisme important sur le CPN limite les renforts ponctuels.
 
La CGT rappelle également que le projet initial faisait état de nombreuses activités censées révolutionner les prises en charge.
A l’heure actuelle, force est de constater que les moyens manquent cruellement et la Direction nous apprend même que 2 animateurs seront embauchés quand des infirmiers partiront en retraite mais surtout à leur place (budget constant) !!!
 
Visite CHSCT dans les services pour la mise à jour des risques professionnels (point CGT) :
 
La CGT salue le retour de ces visites mais demande à la Direction de s’engager davantage sur la prise en compte des risques professionnels (enveloppes budgétaires,…).
Les constats issus des visites des services doivent déboucher sur des réponses concrètes et rapides en termes de travaux, d’équipements, de formation,…
 
Visite CHSCT à la Pharmacie :
 
La visite de la pharmacie demandée par la CGT a mis en évidence la nécessité de protéger les agents susceptibles d’inhaler des poussières ou vapeurs libérées par les médicaments.
Un ingénieur préventionniste de la CARSAT a visité les lieux et préconise la mise en place d’un dispositif de ventilation sur l’ensemble des locaux de préparation.
La CGT interpelle le médecin du travail sur la nécessité d’un suivi médical particulier des agents exposés.
Le médecin du travail répond qu’à ce jour, aucune étude scientifique ne démontre la nécessité d’un suivi renforcé (et le principe de précaution ?).
 
Procédure de prise en charge d’agents victimes de violence (point CGT) :
 
Le manque de lisibilité de la procédure de prise en charge d’un agent victime de violence au sein du CPN, amène la CGT à interpeller la Direction pour clarifier ce protocole et le rendre accessible à tous les agents.
Par exemple, il est urgent de revoir l’accompagnement de la victime, les déclarations d’accident de travail, les dépôts de plainte, la protection fonctionnelle,…(cf notre article sur notre site internet www.lacgtducpn.com ).
 
Le CHSCT décide de remettre en place le groupe violence pour aborder l’ensemble de cette problématique.
La CGT participera à ce groupe de travail et y apportera ses propositions.
 
Bilan des déclarations ENNOV sur la violence :
 
La cellule qualité-gestion des risques nous présente un bilan des déclarations de violence 2013 et du début d’année 2014.
Une forte hausse sur 2014 est à déplorer, serait-ce en lien avec le nouveau logiciel ENNOV ou un indicateur de la santé de l’hôpital?
 
Par ailleurs, la CGT constate que seulement 1/5 des violences subies font l’objet d’une déclaration d’accident de travail !!!
 
La CGT s’interroge sur cette « sous déclaration » et rappelle l’importance de faire une déclaration d’accident de travail, permettant ainsi de protéger l’agent de possibles conséquences tant médicales que financières présentes ou futures.
La CGT demande également à la Direction ce qu’elle entend mettre en place face à ce constat et rappelle qu’en dépit de la loi, le CPN persiste à ne pas associer le CHSCT aux enquêtes lors d’accidents graves et se contente de réaliser des CREX …