Projet médical du CPN La CGT interpelle la CME

102

Pour la CGT, cette absence de projet concret dans notre établissement a de quoi nous interpeller à un moment où plane sur nous la menace d’implantation d’une clinique privée de psychiatrie.
La CGT vous rappelle que l’Agence Régionale de Santé a pointé du doigt certaines « carences » du CPN en matière de prise en charge des patients notamment les 15/25 ans, la Réhabilitation psychosociale et les troubles anxio-dépressifs.
Interpellée par notre organisation syndicale, la Direction renvoie sans état d’âme vers la communauté médicale pour apporter des réponses et monter d’éventuels projets.
 
En tant qu’organisation syndicale, nous ne vous cachons pas notre inquiétude sur l’avenir de certaines unités et de l’impact sur l’emploi mais aussi plus largement sur l’offre de soins en psychiatrie.
Au regard du dernier Contrat Pluriannuel d’Objectifs et de Moyens (C.P.O.M.) qui prévoit notamment à réduire les D.M.S. et positionner l’hospitalisation à hauteur de 40 % (contre 60 actuellement), nous n’accepterons pas que par un simple calcul mathématique, le CPN se contente de fermer des lits sans proposer en échange un développement significatif de l’ambulatoire.
 
La CGT demande aux médecins de porter un réel projet autour de la prise en charge des patients en ambulatoire pour répondre aux besoins des usagers et aux recommandations nationales.
Nous ne pouvons nous satisfaire aujourd’hui d’entendre des professionnels de santé et des familles déplorer la saturation des C.M.P avec des délais jugés trop longs pour obtenir un rendez-vous.
A titre d’exemple, quels projets de soins et de service sont-ils prévus pour le futur grand C.M.P dans les anciens locaux de la M.G.E.N. à VANDOEUVRE ?
En dehors de vagues considérations architecturales et financières, nous n’avons aucun éclairage sur ce dossier !
 
La CGT constate au jour le jour les effets de ces réorganisations sur la santé de nos collègues avec un risque avéré de démotivation et de désengagement qui impacterait la qualité des soins.
Il est temps de redonner aux agents la sérénité et les moyens suffisants pour une prise en charge digne du service public.
 
Dans l’attente, la CGT se tient à votre disposition pour échanger sur ce dossier à l’image de la dynamique qui avait vu le jour pour combattre le projet d’implantation de lits privés de psychiatrie.
 
Veuillez agréer, Docteur, l’expression de nos salutations respectueuses.
 
                                                                                                                      Pour la CGT,
                                                                                                                      Le secrétaire
 
                                                                                                                      Emmanuel FLACHAT
Copie : CME – Président Conseil de Surveillance