Réorganisation de services, mauvaises conditions de travail, GHT Il est temps d’entrer en résistance

92

Là où les représentants des personnels remontent la souffrance des équipes, il est opposé l’argument que c’est la résistance au changement qui génère de la souffrance et ce que l’on appelle des risques psychosociaux !
 
Là où les représentants des personnels citent les nombreuses déclarations de violence ou de prise en charge inadéquate sur ENNOV, il est répondu que les agents s’écoutent parfois trop et n’ont pas assez de recul par rapport à la maladie mentale.
 
Là où les représentants des personnels dénoncent le management imposant des changements rapides dans la façon de travailler ou dans le projet de service sans qu’aucun bilan préalable ne soit réalisé en amont avec les équipes, il nous est renvoyé que la concertation a lieu au travers des nombreuses réunions organisées dans les services mais que les professionnels soit ne viennent pas, soit ne disent rien.
 
Là où les représentants des personnels regrettent le virage pris vers une psychiatrie axée vers une course à la réduction de la DMS, une baisse drastique des lits d’hospitalisation et un soi-disant développement de l’ambulatoire (mais sans réels moyens humains), il est mis en avant que la psychiatrie d’il y a 30 ans n’est plus acceptable et qu’une remise en cause des pratiques est indispensable.
 
Devant ce triste constat d’un diagnostic non-partagé entre la réalité du terrain et la vision managériale, la CGT ne peut que prendre ses responsabilités en appelant chaque agent du CPN à résister.
 
Il est inacceptable de voir la politique actuelle nier les droits des individus à se questionner sur leur travail et à demander à travailler mieux.
Les acteurs de terrain sont indispensables et il serait extrêmement dommageable voire dangereux pour la prise en charge du patient de reléguer le soignant en psychiatrie à un simple exécutant docile.
Le travail doit s’adapter à l’homme nous dit le code du travail mais aujourd’hui, les décideurs voudraient nier ce principe de droit en imposant au travailleur une flexibilité et une adaptabilité à la précarité, aux réformes libérales, à la marchandisation de la santé.
Certes, le soignant se doit d’être présent pour le patient.
Certes, le travail doit évoluer et chacun doit s’adapter et le fait plutôt bien que ce soit en se formant ou en acquérant plus d’expérience tout au long de sa carrière et des échanges avec les autres professionnels.
La différence fondamentale est donc bien de s’entendre sur ce que l’on attend comme exigences incontournables pour réaliser des prises en charge optimales et sur qui peut en parler le mieux !
 
La CGT mettra tout en œuvre pour que la parole ne soit pas confisquée à ceux qui travaillent chaque jour au chevet du patient et font déjà largement preuve d’adaptabilité devant les conditions de travail dégradées qui leur sont imposées.
Aujourd’hui, la mise en œuvre des politiques de santé et sa déclinaison dans nos structures est INACCEPTABLE !
 
La CGT condamne fermement les dérives actuelles que la loi Santé va encore accentuer :

  • Mise en concurrence des établissements et des services,
  • Réduction budgétaire et coupe massive dans les effectifs,
  • Création des Groupements Hospitaliers de Territoire avec son cortège à venir de restructurations, mobilités inter-pôles et inter-établissements, mutualisation de services supports, …
  • Part belle réservée au secteur lucratif (cliniques privées, …)
  • Une psychiatrie qui s’écarte de plus en plus des valeurs humanistes, …
En dépit des pressions exercées à l’encontre de ses militants, en dépit des intimidations voire des propos calomnieux tenus contre ceux qui osent un avis différent, la CGT est bien consciente que la tâche ne sera pas aisée et qu’il incombe aux organisations syndicales de se rassembler pour préserver un service public de psychiatrie respectueux de ses patients et de ses personnels.
 
La CGT appelle les agents à participer nombreux à toutes les initiatives qu’elle proposera au cours des prochaines semaines :
  • Mouvements de grève,
  • Assemblée générale,
  • Motion, pétition, ….
N’hésitez pas à contacter les représentants des personnels pour toute question et/ou à alerter la Direction en rédigeant des ENNOV à l’apparition du moindre dysfonctionnement.