Procédure de notation des agents Nouvelle version en vigueur au CPN

87

La CGT a tenu à ajouter à l’ordre du jour :

  •  la suppression des paliers de notation
  •  la procédure d’entretien-évaluation
  •  le logiciel SYFADIS
Concernant le gel de la note, la Direction se décide à appliquer l’interdiction du gel de la note pour les femmes enceintes pendant la période de grossesse (congés pathologiques et couches incluses)
La CGT s’en félicite et y voit là une reconnaissance de son intervention lors des précédentes CAPL
La CGT regrette toutefois qu’il n’ait pas été tenu compte plus tôt de la circulaire de juillet 2013 ce qui aurait permis à au moins 2 agents de ne pas être pénalisé fin 2013 !
 
Concernant la péréquation (c’est-à-dire le fait de revoir à la hausse ou à la baisse la note des agents changeant d’établissement ou de grade en leur appliquant la note moyenne), il a finalement été convenu à la majorité de ne rien changer afin de ne pas créer plus de tensions entre agents.
La CGT a toutefois tenu à souligner que cela posera inévitablement problème et sera défavorable aux agents qui arriveraient d’établissements voisins par mobilité interne (St Nicolas de Port, Ravenel, …) Affaire à suivre de près.
 
Concernant l’octroi du ¼ de point supplémentaire, la CGT a réaffirmé en première intention une vieille demande de supprimer les paliers de notation.
Pour rappel sur le protocole local en vigueur au CPN, chaque agent se voit octroyer a minima :
  •  ¼ de point par an de 17 à 23
  •  ¼ de point tous les 2 ans de 23 à 24
  •  ¼ de point tous les 3 ans jusqu’à 25 (note maximale)
La CGT a souligné qu’après la mobilisation du 15 mai sur la perte avérée de pouvoir d’achat des fonctionnaires, un geste était souhaité en faisant disparaitre des paliers qui font qu’aujourd’hui, il faut au moins 45 ans à un agent pour atteindre la note de 25 !
 
La Direction était prête à s’engager à ne mettre en place les paliers qu’à compter de 24 mais au vu des arguments opposés par CFDT et FO sur les risques de remise en cause d’avancements de grade pour certains agents, il a été convenu de remettre ce point à l’ordre du jour d’une réunion l’année prochaine en examinant plus en détail le nombre de professionnels ayant une note supérieure à 24.
 
Concernant les conditions d’attribution du ¼ de point supplémentaire, il a été acté par tous les participants que chaque cadre avait la possibilité de le demander pour un agent en rédigeant un rapport détaillé (ce point sera rappelé dans la nouvelle version de la procédure qui sera prochainement diffusée par la Direction)
 
La CGT est revenue également sur les problèmes d’évaluation par d’autres cadres que le supérieur hiérarchique direct voire par des binômes en contradiction totale avec la procédure validée par la Direction.
D’autre part, les difficultés avec le logiciel SYFADIS (bugs, fiches métiers inexploitables, critères flous, …) entraînent parfois des entretiens écourtés, voire pas faits selon les règles édictées et une perte de temps considérable pour les cadres.
La Direction le reconnait volontiers et s’engage à revoir les problèmes avec le prestataire informatique.

La procédure d’entretien-évaluation sera rééxaminée au cours d’une prochaine réunion.