Prévention de la souffrance au travail Reprise des discussions

121

La CGT demande en préambule de commencer par des fondamentaux :

  • quelle politique entend mener la Direction en matière de prévention des risques psychosociaux ?
  • domaine d’intervention et missions de la psychologue du travail ?
  • affichage réglementaire par la Direction des textes sur le harcèlement ? 
Concernant le poste de psychologue de travail, la CGT obtient de la Direction qu’un communiqué détaillant les missions de la psychologue du travail soit publié.
La psychologue informe que 80% des interventions ont lieu hors temps de travail ce à quoi la CGT répond qu’il faudrait peut-être aussi que la Direction informe l’encadrement que le recours à la psychologue de travail ou à la médecine du travail est autorisé sur le temps de travail.
 
Concernant l’affichage réglementaire des textes sur le harcèlement, la Direction nous informe que cela ne saurait tarder (obligatoire depuis le décret du 6 août 2012 !) et qu’une réunion avec les cadres supérieurs aura lieu prochainement.
 
Concernant la mise en place de la cellule d’alerte, la CGT rappelle qu’elle incombe à l’employeur dans le cadre de ses obligations en matière de protection de la santé mentale des travailleurs.
La CGT indique ses réserves sur le fait que sa proposition initiale de mettre en place une cellule indépendante de la Direction soit rejetée par l’ensemble des participants.
Au vu de l’importance de ne pas laisser de côté cette souffrance et lui donner un endroit où s’exprimer, la CGT ne s’opposera pas à ce qu’une structure voit le jour.
Toutefois, il est impératif de garantir que les agents qui signaleront les situations de harcèlement soient protégés à l’image des lanceurs d’alerte. Ce point est pour nous non-négociable.
 
Depuis 2010 et suite aux conclusions de l’expertise EMERGENCES sur les risques psychosociaux au CPN, la CGT n’a cessé d’être force de propositions.
Il est grand temps maintenant que la Direction prenne ses responsabilités et s’engage dans une réelle démarche de prévention.