POLE DU GRAND NANCY Le dialogue social aurait bien besoin d’un électrochoc

105

En tant que chef de pôle, le Professeur SCHWAN en est le maître d’œuvre.
C’est donc tout naturellement un interlocuteur incontournable dans le dialogue social, ce dont la Direction ne se prive d’ailleurs pas de rabâcher lors des instances CTE et CHSCT.
 
Par conséquent, la CGT s’est légitimement tournée vers Monsieur le Professeur SCHWAN pour obtenir une entrevue afin d’évoquer les questionnements remontant de nos rencontres avec les agents du PGN.
 
Ainsi, nous souhaitions aborder les points suivants : 

  • bilan sur le NBH après 8 mois d’activités (chambres PSI occupées quasiment en permanence alors qu’il devait s’agir de prises en charge anecdotiques et limitées, situations de violence répétées, unités A et B souvent en surcapacité en lits, un management perçu parfois comme trop autoritaire, un bâtiment flambant neuf mais avec son lot de malfaçons, …)
  • situations préoccupantes de violences et d’agression à l’UHSA et à l’USP (avec sur l’USP, un projet de service complètement dénaturé : distribution de la méthadone puis à terme des médicaments par les agents du CPN pour palier le manque de moyens humains du CHU, un manque de coordination entre CHU, Administration Pénitentiaire et CPN, suppression de certaines activités auprès des patients détenus, pénurie de bureaux de consultation, …)
  • point sur le développement de l’ambulatoire, les missions nouvelles des CMP et les moyens à y affecter (puisqu’à ce jour, rien ne filtre !)
  •  … .
Plus particulièrement sur le NBH, la CGT s’étonne qu’en dépit d’un discours pétri de bonnes intentions de la part du chef de pôle sur les bienfaits du travail collectif, sur la recherche de l’épanouissement des professionnels, ces derniers peinent à en percevoir les effets concrets dans leur travail quotidien.
Les personnels regrettent en effet : 
  • le manque de concertation et de dialogue,
  • le peu de temps disponible de leur chef de pôle pour échanger avec eux, …
 La CGT du CPN ne peut que corroborer le ressenti des soignants.
En effet, cela fait la troisième fois que le Professeur SCHWAN est amené, par l’entremise de son secrétariat, à annuler le jour-même les rendez-vous fixés avec nous, sans aucune explication … !
Au vu de l’importance que revêt la chefferie de pôle du Grand Nancy, la CGT déplore que le manque de temps (environ 40% sur le CPN) soit un argument pour renoncer au dialogue social.
L’empathie manifestée n’est visiblement pas à la hauteur des préoccupations des agents !
 
Pour toutes ces raisons, la CGT du CPN propose aux personnels du PGN d’avoir un temps d’échange avec eux début janvier 2015
Cela nous permettra de définir ENSEMBLE les priorités et modes d’action pour faire entendre vos revendications.
 
La CGT reste persuadée qu’il est urgent de se rassembler et de remettre l’humain au cœur des préoccupations.
Cela passe obligatoirement par une plus grande écoute et un plus grand respect des expériences et savoir-faire des uns et des autres.
 
La CGT vous donne l’occasion de vous exprimer, n’hésitez pas à faire entendre votre voix !
ENSEMBLE, nous sommes plus forts et pouvons réunir les conditions pour provoquer un changement de cap !
 
BONNE ANNEE 2015 A TOUTES ET A TOUS