MALTRAITANCE TEMOIGNAGES AUTOUR D’UNE FORMATION CONTROVERSEE

132

Le groupe présent à cette journée, a alors assisté à une formation vide de tout contenu, sans aucune trame. Nous étions présents pour accepter le fait que bon gré mal gré, nous étions maltraitants avec nos patients.
La formatrice nous a expliqué qu’au CPN, nous avions de la chance car il y avait un groupe projet « Promotion de la Bientraitance » qui avait planché sur le problème de la maltraitance depuis 2008, avait sorti « un guide de repérage des risques de maltraitance au CPN » en septembre 2009 (disponible dans les guides sur intranet) validé par les instances en décembre 2009 (aucune trace dans les comptes-rendus CTE et CHSCT ?).
Cette formation a juste été votée le 12/10/09 en Formation Continue au regard des recommandations ministérielles. Suite à ce vote, il a été mis en place de 2 jours de formation à 60 agents en 4 groupes pour un financement de 8 000 euros.
Seulement le plus gros problème dans ces groupes de travail, c’est qu’il n’est pas demandé l’avis des soignants, ce sont nos cadres qui y assistent…Car il semblerait que se soit chronophage pour l’établissement de convier les personnels les plus proches des patients pour débattre de sujet les concernant.
De plus, le guide de repérage des risques de maltraitance au CPN n’est qu’une série de tableaux.
Et lui non plus ne donne pas de solution pour éviter ou arranger une situation difficile.
Dans le Plan de Formation 2012, sur le bilan de l’année 2011, il est dit qu’ « une expérimentation du guide a été faite avec un accompagnement par un organisme extérieur au sein des unités courant janvier 2011 » (Dans quels services ? Avec quels agents ?)
Une définition de la Bientraitance nous a été donnée lors de la formation : « Il s’agit davantage de la non maltraitance »
Il s’agit d’un ensemble de pratiques et d’attitudes soignantes visant au respect de la personne dans toutes ses dimensions.
La bientraitance englobe tout ce qui favorise l’épanouissement de la personne, s’adapte à ses besoins divers, et permet un développement harmonieux. »
Est ce que nous personnels auprès du patient, nous sommes en capacité d’être bientraitant ? J’en doute quand je constate :
·         Que nous sommes restés 2 mois sans gobelet plastique dans mon service,
·         Que la dotation en pain et nourriture diminue sans arrêt, dorénavant au goûter, il n’est autorisé qu’une boisson par malade,
·         Que nous sommes restreint dans notre dotation de linge (drap, oreiller…)
·         Qu’une suppression des machines à laver dans les services est plus qu’envisagée !
·         Que nous devons composer avec des chambres d’isolement aussi chauffées que des chambres froides, et qu’on nous propose l’installation d’un convecteur électrique sous le plafond du SAS…
·         Quand l’UHSA tournera pleinement (début mai), il manquera 13 postes de soignants sur le CPN.
Beaucoup de personnes en manque de reconnaissance qui ont subi cette formation se sont senties indignées, de pouvoir être accusées de maltraitance alors qu’elles font de leur mieux avec le peu de moyens dont elles disposent.
Bon nombre d’entre nous ont mal vécu cette formation.
Nous soignants sommes certainement plus maltraités que maltraitants