La CGT rencontre l’ARS Le discours de la Direction mis à mal par nos tutelles

72

La CGT a dénoncé :
–          les Dangers Graves et Imminents sur l'Unité A et l'Unité 6 USP,
–          l'illégalité de faire tourner des services sans PH (comme à l’Unité E),
–          la situation inacceptable d'une patiente autiste à l’isolement depuis 5 semaines faute de structure adaptée pour l’accueillir,
–          les surnuméraires récurrents dans les unités faute d’une capacité d’hospitalisation trop réduite ces dernières années,
–          des équipes à bout de souffle, …


La CGT a également défendu le récent projet PUPEA Hôpital de Jour mère enfant sur le CMP Jacquard à Vandoeuvre et demandé à ce qu’il soit financé par l’ARS.
Il a été surprenant d’entendre que le représentant de l'ARS en charge des projets innovants n'en avait même pas eu vent et nous a ainsi confirmé qu’aucune demande de financement n'a été faite par le CPN pour ce projet… !


De ce rendez-vous est ressorti une information un peu surprenante : les projets de pôles, soutenus par nos Directeurs, sont depuis longtemps pensés et organisés de leur propre chef.
En effet, l’ARS affirme qu’elle n'est pas à l'origine des décisions d'orientations ou des choix stratégiques dans la politique de soins du CPN.
Un élément factuel le prouve : à aucun moment, l'analyse des besoins en santé mentale sur notre secteur n’a été réalisé, point sur lequel le CPN devrait s'appuyer pour dimensionner son activité.
De plus, l'ARS préconise d'attendre le diagnostic du Projet Territorial de Santé Mentale avant toute réorganisation d’autant plus qu’elle a prévu une enveloppe budgétaire sur 2019 afin de financer les projets nouveaux !
Troublant lorsqu’on sait que 2 acteurs de ce PTSM ne sont autres que Monsieur le Directeur des Soins du CPN et Mme la Directrice chargée de la communication et du développement de l’offre de soins du CPN également !!!


Quelle précipitation y a-t-il donc à lancer des projets tous azimuts : fermeture de l’Unité E et fermeture du CMP Médreville annoncée fin 2018, ouverture de l’HJ mère enfants prévue fin 2018, fusion de l’Unité 2 et de l’Unité 6 USP à l’été 2019, … ?
Précipitation d'autant plus troublante, que l'ARS ne débasera pas le CPN cette année, donc 850 000 euros supplémentaires sur notre budget (pour en faire quoi apparemment pas pour soulager les équipes en souffrance ?).

Les décisions de réorganisation qui émaillent la vie du Pôle du Grand NANCY, les fermetures de lits, d'unités, de CMP ne seraient ainsi que le pur produit d'une pensée unique non partagée, imposée aujourd'hui à grand renfort de management agressif pour convaincre que l’on est obligé de travailler à moyens constants ?
Les arguments des grands décideurs du CPN qui consistent à faire croire aux agents que leurs projets sont dictés par l 'Agence Régionale de Santé ne seraient donc pas fondés ?
Concernant les fameux projets innovants (qui ne se révèlent à terme n’être que des plans de réduction capacitaire d'offre de soins tant hospitalier qu'ambulatoire), ils ne seraient donc que le fruit de réflexions immatures et de certains égos ?


A aucun moment, ils n'ont été soumis à l'ARS dans le but d'obtenir des financements complémentaires.

L'argument de « travailler à budget constant » cher à la Direction n'est donc qu'un pur produit de communication à l'ensemble des agents du CPN pour leur faire accepter l’inéluctable et obtenir leur résignation !

Cela permet peut-être à certains de se dédouaner d'une certaine forme de responsabilité.


Une question demeure pour la CGT : pour quelles raisons certains chefs de pôles, accompagnés de la Direction, sont dans l'optique d'emmener notre établissement droit dans le mur ???
La vérité est ailleurs….

La CGT se pose plus que jamais en rempart ! D’autres alternatives sont possibles, il est encore temps d’agir !