Au nom d’une logique rentable,faut-il fermer des lits au detriment des usagers ?

123

Nous réaffirmons le besoin pour les structures de pouvoir se développer sur l’ambulatoire tout en prenant en compte les besoins en lit d’hospitalisation complète pour la population.
 
Il n’est pas supportable de fermer des lits qui répondent à un besoin.
 
Il n’est pas supportable de mettre en compétition et en désaccord des équipes de soins à travers une politique comptable des pôles.
 
Nous sommes persuadés que la psychiatrie a vocation à investir dans le secteur et dans l’ambulatoire.
 
Nous sommes persuadés qu’il ne faut pas opposer l’intérêt des usagers issus des différents secteurs comme le prévoit la mise en place des pôles. Il appartient aux équipes soignantes pluridisciplinaires de concourir au bien-être des usagers, à la qualité de leur prise en charge et à la défense du Service Public Hospitalier.
 
Nous ne cautionnons pas cette politique qui consiste à nous faire croire que pour développer l’ambulatoire, le CPN soit obligé de sacrifier 10 lits d’hospitalisation.
 
Nous avons la certitude que ces 10 lits ne sont pas le fait d’une gestion et d’une pratique soignante souvent décriées et entretenues par la Direction.
 
Nous avons la certitude que ces 10 lits correspondent à une réelle réponse aux besoins d’une population en souffrance qui nécessite parfois de lourdes prises en charge.
 
La CGT s’investit totalement auprès des membres du Conseil d’Administration afin qu’ils interviennent dans le débat et qu’ils réclament à l’ARH les compensations financières pour pérenniser ces 10 lits et le personnel qui va avec.
 
 
La CGT continue à œuvrer pour préserver la solidarité entre les salariés et reste présente au 1er rang pour défendre les usagers et l’hôpital public.
 
Ensemble, nous sommes plus forts !