Visite ARS au CPN le 2 decembre 2010 Intervention du secretaire de la CGT

80


L’explosion du nombre de CHSCT au cours de l’année 2009 et 2010 qui a conduit le CHSCT a demandé une expertise sur la souffrance au travail au CPN.
 
Durant cette année 2010, la Direction a fait la  démonstration de son incapacité à gérer les conflits dans notre établissement, et par la même occasion a endommagé les relations sociales qu’entretenait l’ancien directeur avec les Organisations Syndicales et les salariés de notre établissement.
 
Nous ne pouvons que nous en plaindre.
 
 
 
 
Notre établissement souffre d’un manque de cohérence dans sa politique générale, due en partie par la mise en place de loi HPST, mais accentuée par le manque de contenu que proposent certains responsables de pôle dans la mise en place des pôles.
La T2A dans la psychiatrie, à l’instar de l’HG ne sera pas sans conséquence sur la qualité et l’accessibilité des soins pour les usagers.
 
Les appels à projets contractés par notre établissement et le rationnement des budgets publics au niveau national augurent un EPRD négatif qui impactera sur la masse salariale.
 
Le manque de transparence sur des dossiers, comme l’attribution des marchés extérieurs de nettoyage ne nous semble pas compatible avec le but recherché : coût élevé, prestations de mauvaises qualités…
 
Le management imposé dans les Etablissements Publics de Santé où est mise en place la GPMC, les Evaluations des Pratiques Professionnelles, sont des outils pour une gestion de la souffrance comme produit de marchandises.
 
Au niveau national, la non reconnaissance de la pénibilité dans nos métiers, la non reconnaissance de la catégorie A des IDE démontre le peu d’estime que ce gouvernement voue aux agents paramédicaux.
 
Ceci n’est qu’un aperçu de nos observations et revendications.
 
La politique de santé menée par le gouvernement va droit dans le mur, en cela elle est rigoureusement suivie par l’équipe de direction du CPN.
La CGT défend l’Hôpital Public et ses missions, nous continuerons à militer dans ce sens.
 
                                                                 Le secrétaire de la CGT du CPN
                                                                                   Luc FERRETTI