UN COLLEGE DE L’ENCADREMENT, POURQUOI PAS ?

134


Pour la CGT, il est évident que des espaces d’échange entre les différentes filières de l’encadrement est salutaire face à l’isolement qui guette nos professions.
Mais, cela n’a rien de novateur, ces groupes de travail pluridisciplinaires existent déjà : groupe fonction hôtelière, groupes qualité, …
Les instances telles que le CTE sont également un lieu où les représentants du collège de l’encadrement peuvent s’exprimer
 
Toutefois, il convient d’être prudent sur les missions et pouvoirs qui seraient confiés à ce collège.
Sur le fond, mettre en avant, comme cela a été fait, l’idée de contribuer à éclairer le Directeur dans la prise de décisions est tout à fait inexacte.
La CGT rappelle que la loi HPST a considérablement renforcé les pouvoirs du Directeur en le posant comme seul patron de l’hôpital : c’est d’ailleurs lui qui serait chargé du « recadrage » en rencontrant au cours de l’année les membres du collège.
 
Sur le plan pratique, la Direction de la Qualité signalait il y a encore peu de temps, les trop nombreux groupes de travail présents au CPN, les limites de cet exercice et sa volonté de mieux coordonner les travaux en diminuant le nombre de ces groupes.
La CGT ajoute que les conseils de service, réunions d’expression, conseils de pôle,…..(espaces d’expression des personnels) ont une fâcheuse tendance à se restreindre.
 
Pour notre organisation, il est certes important de redonner la parole aux cadres mais plus impératif encore de permettre aux agents de se réapproprier le travail en leur accordant du temps pour échanger !
 
La proposition d’un collège de l’encadrement doit répondre à une réelle demande des intéressés et non à une démarche corporatiste qui serve de relais à la pensée unique.