REPONSE A MONSIEUR LE DIRECTEUR SUR LE CPOM

83


1-      Améliorer l’accès aux soins en renforçant le rôle des CMP et leur accessibilité  :
Si le renforcement de l’accessibilité des CMP consiste à les décentrer de la cité dans des zones commerciales en dehors du centre ville et à fermer les CMP actuels qui ne correspondent plus aux normes, alors que deviendra la prise en charge des CMP de quartier, Médreville, Mon-Désert, Cardinal Tisserant qui sont au plus près des patients ? Comment pourra-t-on renforcer le rôle des CMP en excluant encore un peu plus le malade de la cité ?
 
2-     Renforcer l’accompagnement du patient dans la cité et la continuité des prise en charges :
Une partie de la réponse a été donnée un peu plus haut. L’autre donnée consiste à l’accessibilité de PASS pour les patients. Ainsi, il pouront traverser tout Nancy en bus pour se rendre soit à Essey ou Vandoeuvre pour bénéficier de la continuité des prises en charge.
 
3-     Améliorer la prise en charge des enfants et des adolescents :
La fermeture programmée de certaines structures extérieures et les prises en charge des enfants pendant les vacances sont-elles de nature à répondre à la souffrance et à la solitude des familles ? La non-prise en compte de l’expression des agents face à la violence récurrente que subissent les enfants et les soignants « permettra-t-elle à chacun de mettre le sens nécessaire pour une activité professionnelle apaisée » ?
 
4-     Améliorer la prise en charge des personnes âgées ayant des troubles du comportement en EHPAD :
On ne peut que se féliciter de cet objectif, mais le rôle du CPN est-il de se substituer aux communes, au département, à l’état. Le besoin existe, mais répondre à ces besoins en moyens constants sans création de postes consiste à charger encore un peu plus la mule, alors que le fardeau qu’elle porte est déjà trop lourd.
 
5-     Rendre plus lisible le dispositif de psychiatrie pour les usagers et autres professionnel de santé :
Depuis la mise en place des pôles, de la nouvelle gouvernance et de la loi HPST, il est vrai que la lisibilité pour les usagers et les professionnels a sérieusement été revisitée. 2 chefs de pôle du PGN ont été démissionnés par le directoire, confusion entre présidence de CME et chef de pôle, manque d’équité et d’éthique d’un Comité d’Analyses qui a conduit à la reconfiguration d’une Unité de soins et mutation forcée du Praticien Hospitalier responsable de cette UF. Oui, un grand changement s’opère en toute lisibilité sur la manière obscure de traiter les effets indésirables graves.
 
6-     Améliorer la pertinence du découpage des secteurs et les coopérations au sein de ceux-ci :
La pertinence est la qualité de ce qui convient à l’objet dont il s’agit. L’objet dont il s’agit est donc bien le secteur et par définition, la psychiatrie de secteur qui était une conquête majeure de l’après-guerre dans la prise en charge des malades mentaux. La nouvelle loi HPST et la mise en place des pôles ont signé l’arrêt de mort du secteur. La pertinence pour le directoire, c’est de faire des économies sur le dos des patients et du personnel. Fermetures des CMP, ne répondant plus aux normes de sécurité, mobilité d’un vivier de main d’œuvre avec St Nicolas de Port. Pertinence des laboratoires et des cliniques privées de faire des études projectives sur les pathologies mentales afin de concurrencer l’hôpital public.
 
7-     Développer des actions ciblées de prévention et de dépistage (suicides, addictions, mal être, souffrance psychiques) :
Depuis que l’expertise sur l’état de santé des agents du CPN a été rendue par le cabinet Émergence, les organisations syndicales n’ont eu de cesse d’interpeller la direction pour que se mettent en places des actions correctives sur les conditions de travail dégradées. En réponse le Président du Directoire et le Président de la CME ont conjugué leur effort pour faire taire les salariés qui osent dénoncer avec pertinence l’incohérence d’une politique de soin, vidée de ses valeurs éthiques et ne répondant qu’a des indicateurs comptables.
 
8-      Conforter la démographie médicale hospitalière et libérale et la démographie paramédicales hospitalière :
S’il appartient au Service public de répondre aux besoins de la population par la création de postes de Praticiens Hospitaliers et de Personnels paramédicaux, il ne saurait être question de laisser une politique de santé publique élaborée par les grands groupes privés pour le privé. L’amélioration de notre collaboration avec les médecins de famille est par contre à améliorer et à amplifier. L’attitude de la Direction envers les PH et faisant fonction est tellement dégradée que certains préfèrent quitter l’établissement..
 
9-     Réduire le nombre de patients hospitalisés au long cours dans les services de psychiatrie :
C’est vrai, l’hospitalisation au long cours n’est pas une réponse adaptée, tant pour le patient que pour les personnels. Il est évident que l’hôpital a besoin de s’ouvrir sur la cité, sur la société. Il est vrai que le fou retrouvera sa place auprès de ses frères quand on ne stigmatisera plus son double et son soignant. A la CGT, nous n’avons pas attendu la venue d’un nouveau président pour agir sur le changement. C’est au quotidien que nous construisons le mieux vivre ensemble.