Pass sanitaire et restriction accès aux soins La CGT interpelle la CME

132

De nombreuses problématiques se font jour et sont de nature à aggraver les risques psychosociaux chez les professionnels du CPN : conflit de valeurs, tri des patients, majoration des risques de violence et d’agression par les usagers, fragilisation des collectifs de travail, manque de personnels au sein des équipes, exclusion des personnels non-vaccinés, sanctions, discriminations, ….
L’organisation des soins qui se dessine est également de nature à restreindre de manière inadmissible l’accès aux soins mais aussi à générer de possibles ruptures de soins chez nos patients suivis en ambulatoire.
L’ennemi devrait être la COVID, pas les professionnels ou les patients !
Pour la CGT, il n’appartient ni aux paramédicaux ni aux médecins de jouer un rôle de policier / videur pour refuser l’accès à des patients en souffrance, surtout en cette période de crise.

 
Nous souhaiterions connaître l’avis de la CME sur ces mesures qui heurtent d’autant plus à la lecture du serment d’Hippocrate : “Au moment d’être admis(e) à exercer la médecine, je promets et je jure d’être fidèle aux lois de l’honneur et de la probité.
Mon premier souci sera de rétablir, de préserver ou de promouvoir la santé dans tous ses éléments, physiques et mentaux, individuels et sociaux.
Je respecterai toutes les personnes, leur autonomie et leur volonté, sans aucune discrimination selon leur état ou leurs convictions. J’interviendrai pour les protéger si elles sont affaiblies, vulnérables ou menacées dans leur intégrité ou leur dignité ». 

 
Dans l’attente et restant à votre disposition pour échanger de vive voix, veuillez agréer, Madame la Présidente, Docteurs, l’expression de nos salutations respectueuses.
 
Les représentants des personnels au CHSCT
Emmanuel FLACHAT                    Jacques BRIMONT                         Amélie DRIGET