Loi immigration : pourquoi nous, soignants, devons réagir

90

Une loi d’une ignominie atroce a été votée le mardi 19 décembre 2023.

Le père Noël est passé bien en avance au Rassemblement National, cadeau de Macron et sa clique. Macron qui reconnaissait avoir été en partie élu pour faire barrage au RN, il s’en faisait même un devoir : « cela m’oblige ». L’oblige envers qui ?

Visiblement, il se sent davantage obligé envers une blonde qu’envers les habitants de France. Ceux qui travaillent, ou galèrent, ceux qui ont le teint un peu moins blafard que d’autres, ceux qui veulent étudier, ceux qui pratiquent la médecine aussi (les Praticiens à Diplôme Hors Union Européenne actuellement menacés et en grève), ceux qui ont fui des conditions de survie, ceux qui croyaient que la France était une terre d’asile et des droits de l’Homme, … !

Jusque-là, être d’une autre nationalité et vouloir vivre en France n’était pas simple, parcours du combattant pour l’obtention de visa, sans compter le coût du visa, à renouveler chaque année, le coût des diplômes « connaissance de la langue et des valeurs de la République française » délivrés par l’OFII. Et puis pour tous ceux qui ont fait le voyage vers le drapeau bleu-blanc-rouge sans visa, des conditions de voyage inénarrables, 120 sur un Zodiac accompagnés par la mort, cachés dans des camions, et encore un coût financier, celui des passeurs.

Nous, soignants, pouvons énoncer nombre d’exemples, des situations pour lesquelles cette loi aura des effets désastreux :

  • Vous avez 12 ans, vous être afghan, votre périple dure 3 mois via l’Iran, la Turquie, au fond d’un camion, vous êtes séparé de votre frère en arrivant en Lorraine, et vous n’avez qu’une envie, retrouver votre mère restée là-bas. Que devenez-vous à 18 ans ?
  • Vous êtes syrien, vous êtes venu il y a plusieurs années faire des études à la Sorbonne, mais votre seul emploi est pour un journal qatari, sans contrat de travail reconnu ici, vous paierez une caution et ne pourrez prétendre aux APL avant 5 ans !
  • Vous êtes mère de famille tchétchène, sans emploi, vous avez déjà perdu un mari et un fils, pas d’aide avant 5 ans aussi !
  • Vous êtes algérien, iranien, malien, arménien, albanais, quel que soit le voyage que vous avez fait, d’accueil vous n’en aurez même pas le mot.

Nous, soignants, savons que l’exil est une plaie vive, qui ne cicatrise que partiellement, encore faut-il un accueil digne et humain !

La CGT a honte pour notre démocratie et ses instances de représentation ou de gouvernance.

La CGT dénonce ce texte discriminatoire, cette loi qui va influer sur la pauvreté et la santé de personnes déjà précaires.

La CGT refuse cette loi qui foule aux pieds les valeurs de liberté, d’égalité et de solidarité de notre Etat Nation.

La CGT demande à ce qu’elle ne soit jamais promulguée !

Le 21 janvier 2024, des associations, des organisations syndicales et des partis politiques appellent à se mobiliser contre cette loi et à demander au Président de la République de ne pas la promulguer.

21janvier.fr – Appel des 201 (sibforms.com)

Que contient notamment cette loi xénophobe et discriminatoire ?

  • L’application du principe de préférence nationale pour l’accès aux allocations,
  • La remise en cause du droit aux APL, à l’hébergement d’urgence, à l’allocation personnalisée d’autonomie, …
  • Un durcissement pour l’aide médicale d’état (dont une réforme complète est prévue dans ces prochains mois),
  • Une caution pour les étudiants étrangers,
  • La précarisation des travailleurs étrangers dont une grande partie de femmes, …

Pour la CGT, la stigmatisation de l’étranger et son assimilation à un délinquant potentiel ou à un profiteur doivent être combattues avec force.

L’immigration n’est pas un coût mais au contraire une richesse.

Chaque année, les travailleuses et travailleurs étrangers font rentrer, dans les caisses de l’Etat, 60 milliards d’euros (impôts et cotisations salariales)

En outre, ils et elles font tourner de nombreux secteurs de l’économie : bâtiment, secteur du nettoyage, gestion des déchets, EHPAD, hôpitaux, …

Rien que pour les médecins, cette loi menace des milliers de postes de praticiens à diplôme hors union européenne ! C’est inadmissible !

Le 22 décembre dernier, la CGT, en conformité avec ses valeurs humaines et humanistes, a pris ses responsabilités en interpellant par mail la Directrice du CPN, le Président de la CME et la Présidente du Conseil de Surveillance.

Comment le CPN, le Directoire et la communauté médicale vont-ils se positionner si la loi devait être promulguée en l’état ?

Rassemblons-nous le 21 janvier 2024 pour dire non à cette infamie !

(RDV à 10h30 Place Charles III à NANCY)