Le jeudi 22 mars 2012 – 12 heures Mme Nora BERRA – SECRETAIRE D’ETAT- INAUGURE L’UHSA DU CPN

87

La direction prend les salariés et les patients en otage. Il manque des postes de soignants promis par l’Agence Régionale de Santé et cela se ressent dans les Unités de soins de psychiatrie générale. Nous ne tomberons pas dans les pratiques et les discours de la majorité actuelle et de la Direction qui consistent à diviser les salariés du CPN.
 
Après avoir tenté de diviser les travailleurs les uns contre les autres, stigmatiser les malades comme dangereux, de faire porter la faute des dysfonctionnements sur le personnel soignant, les psychiatres et les magistrats, le président candidat ne fait que des promesses qu’il ne tient pas.
 
Au CPN, depuis la Loi Hôpital Patients Santé Territoire (dénoncée par certains candidats), les conditions de travail se sont considérablement dégradées. Sans l’effort soutenu des professionnels qui s’épuisent chaque jour davantage, la qualité des prises en charge déjà malmenée, serait catastrophique.
Non à la politique de casse de la Santé !
 
Le non-remplacement d’un départ à la retraite sur deux est déjà dans la réalité au CPN. Nous travaillons à flux tendu. Les agents le savent bien eux qui sont rappelés à leur domicile pour palier à une absence. Comment feront les agents de l’UHSA devant les impératifs imposés par la pénitentiaire ?
 
Que dire du dialogue social, quand le ministère de la santé ne revalorise pas à sa juste valeur les salaires, qu’il impose l’Ordre infirmier rejeté par l’ensemble de la profession, qu’il culpabilise les salariés qui ne travaillent pas assez (remise en cause des 35h par semaine) et qui ont des reliquats monstres d’heures supplémentaires non payées… ?
 
Comme si cela ne suffisait pas, le Directoire Patron, (directeur, président de la CME et consorts) n’hésitent pas à jeter la suspicion sur les agents, à gérer le personnel d’une façon brutale, sans concertation ni respect de la personne.
Au Centre Psychothérapique de Nancy, ce sont les conditions de travail dégradées qui impactent sur la qualité des soins, qui perturbent l’équilibre psychosocial des salariés, ce sont des méthodes managériales brutales et violentes qui agressent au quotidien le personnel et les patients !
 
Madame la Secrétaire d’État chargée de la santé, la CGT et les salariés vous font l’honneur de ne pas être en accord avec la politique de casse de la santé et des services publics que vous menez au nom de votre gouvernement.

La CGT du CPN appelle à un rassemblement
le jeudi 22 mars 2012 à 11 h 00 devant le poste de sécurité
et à 11h 30 devant l’administration