Grève du 25 juin 2015 Motion CGT au directeur du CPN et au directeur de l’ARS

97

Plus particulièrement, nous déplorons entre autres dans notre hôpital :

  • la fermeture en 2014 de 34 lits d’hospitalisation et la fermeture de 14 lits supplémentaires à l’occasion du transfert du G06,
  • la disparition de 10,5 ETP soignants et de 15 ETP médicaux en 2014,
  • le transfert d’activités vers l’ambulatoire sans réels moyens supplémentaires (qui engendre aussi du fait de la mise en place de la facturation des consultations au 1er janvier 2015 un surcroit de travail dans les secrétariats et au Standard sans aucune compensation pour les personnels),
  • que la Direction refuse d’affecter au renforcement des effectifs le nouvel excédent comptable de 2,5 millions d’euros au 31/12/2014,
  • le sous-dimensionnement du pool de suppléance devenu incapable de répondre à l’absentéisme de courte durée car les agents sont déjà affectés aux remplacements de longue durée
  • les conditions de travail dans un NBH flambant neuf qui réussit à afficher depuis avril 2014 un bien triste palmarès malgré l’implication des professionnels : service totalisant en 2014 le plus de signalements de violence (encore en augmentation sur le 1er semestre 2015 avec 1/3 des signalements) et une sur-occupation des lits (23 patients pour 21 lits sur l’Unité A)
  • la situation à l’Unité 3 qui fera prochainement l’objet d’un CHSCT extraordinaire : 3 agents en accidents de travail, 3 arrêts maladie et 1 congé maternité non-remplacés ; démission du médecin de l’unité (non-remplacé) et nombreux rappels d’agents voire de doublements de postes
  • la situation à l’USP du Centre Pénitentiaire de Maxéville pour laquelle le travail de coordination avec le CHU tarde à produire ses effets (problème de distribution des médicaments par les agents du CPN non-résolu et flirtant avec l’illégalité, manque de bureaux de consultations, …)
  • le constat alarmant en matière de risques psychosociaux suite à l’analyse des questionnaires envoyés par la Direction aux agents courant octobre-novembre 2014 qui peine cependant à voir la mise en place d’actions correctrices (cellule d’alerte et de prévention des situations de souffrance au travail ?, enquêtes CHSCT ?, …)
Devant ce triste constat, la CGT dénonce au CPN le dialogue social vide de sens.
La multiplication des réunions et autres COPIL ne semblent avoir comme seul objectif que d’occuper les organisations syndicales.
Les instances CTE et CHSCT se transforment en simples chambres d’enregistrement sans que les propositions et interpellations des représentants des personnels ne soient entendues.
Dans ces circonstances, la gestion comptable de l’hôpital public que vous exercez à grand coup de mots tels que « ratios ETP/lits », « effectifs cibles », « réduction de la D.M.S. », « efficience », « COPIL », « tableaux de bord » et autres « indicateurs de suivi », … tendrait presque à faire oublier que le soin, c’est avant tout de l’humain !
La CGT exige que vous revoyiez d’urgence votre copie !
 
                                                                               Laxou, le 25 juin 2015