Futur logiciel de gestion du temps de travail La CGT veille

139

La CGT a rappelé lors de cette réunion qu’il était indispensable que certaines règles d’application du temps de travail et de gestion des plannings de service soient remises à plat.
Le prestataire ASYS a en effet prévu une phase destinée à l’harmonisation des règles de décompte du temps de travail jusqu’à mi-février.
C’est à ce stade que la CGT a réaffirmé l’urgence à mettre en place des réunions avec la DRH à propos de dysfonctionnements, de non-application de la réglementation en vigueur et de flous persistants sur l’interprétation des règles d’un service à l’autre.
A titre d’exemples non-exhaustifs, la CGT entend rediscuter du temps à comptabiliser pour les formations, de la problématique de décompte pour les agents en 12 heures, des congés maternité, …
 
La CGT n’a guère été rassurée par les propos de la Direction et du comité de pilotage qui estiment de leur côté que le CPN dispose d’une base documentaire solide (protocole d’accord local 35 heures, notes de service, …) et qu’il n’est pas question de renégocier quoique ce soit !
Tout au juste, la Direction consent à mieux harmoniser les règles.
Au vu du nombre de réclamations que la CGT a pu formuler auprès de la Direction en se basant sur les sollicitations d’agents, il serait incompréhensible que la mise en route de ce logiciel ne s’effectue sans un sérieux re-toilettage des règles actuelles.
Si la CGT est aussi vigilante sur ce point, c’est qu’il est indispensable que les agents comprennent que le risque est grand pour eux. Partir du principe que la « machine » a tout juste, que le système de gestion de planning est parfait, cela implique que les éléments qui seront transmis pour le calcul de la paie mais aussi les heures sup et les congés ne pourront en aucun cas être rediscutés !
 
Méfiance, donc !