CTE du 10 décembre 2013 La motion déposée par la CGT

100

La réalité est toute autre : les soignants se voient informés de dispositions déjà actées, de comptes-rendus rédigés par avance et présentés comme institués. Ils se sentent peu considérés, inutiles face à cette politique visant uniquement à ne pas leur laisser la parole et faire passer en force les choix décidés en haut lieu.
Le mécontentement gronde, la liberté de parole restreinte à accepter les directives managériales, (par exemple, les nouveaux horaires de travail dits aménagés, en fait plages variables, qui ne contentent personne et ne servent au bout du compte qu'à palier au manque d'effectif, à anticiper les arrêts maladie, à favoriser l'autogestion, et non être au service du patient !)
 
Le malaise est général, il l'est d'autant plus que le personnel se sent considéré comme de simples exécutants tant la sensation d'être méprisée est grandissante.
A leurs demandes légitimes de moyens en terme de personnel, il leur est renvoyé l'argument immuable des contraintes budgétaires, du fait que le CPN se retrouve actuellement en déficit.
 
Cependant, on ne leur donne pas les raisons de ce constat scandaleux.
La CGT, présente lors de la manifestation du 21/11 à l'ARS, a bien pris conscience que cette dette historique est créée de toute pièce afin de mettre la pression sur l'établissement et justifier ainsi le chantage exercé auprès du personnel qui doit se résigner à accepter les nouvelles contraintes sur leur travail.
Comment analyser autrement les faits lorsque l'ARS justifie la reprise de 900 000 € sur la dotation annuelle du CPN au motif que d'autres régions génèrent plus d'activité et justifient donc d'avoir plus de moyens !?

Une tarification honteuse à l'activité qui se met en place comme la CGT le dénonçait à l'époque de la loi BACHELOT !
 

La CGT ne sera pas complice de ce système visant uniquement à saborder le service public hospitalier, la CGT reste à l'écoute de la souffrance du personnel et sera à ses côtés pour le soutenir face à la violence institutionnelle inacceptable qu'on veut lui infliger !
 
La CGT dénonce le mépris des avis rendus par les instances et les conduites de projet au rouleau compresseur. Nous avons une autre vision du soin et du management qui doit s'exercer à l'hôpital.
 
La CGT demande à la Direction de changer de cap avant que la colère qui gronde ne se transforme en un désengagement massif des personnels hospitaliers avec des conséquences dramatiques sur la qualité des prises en charge.
 
La CGT demande un management et une conduite de projet respectueux de chacun, se traduisant par autre chose qu'une présentation de solutions déjà arrêtées !
 
La CGT refuse que le soi-disant manque de moyens financiers soit utilisé par la Direction pour retourner les agents contre leurs intérêts.

 

                                                                                                   Laxou, le 10 décembre 2013