CPN ou Ravenel même direction même combat

111

Pour ce faire, dans un premier temps, la Direction propose quatre scénarios plus destructeurs les uns que les autres. Pour les résumer : une fourchette de 50 à 65 lits seraient menacés de fermeture !
Même la déléguée de l'ARS du département 88 considèrera ces projets comme infondés et se montre surprise de l'ampleur de cette cure d'austérité ne considérant pas la situation financière de l'établissement comme alarmante ! 
 
Face à cela et surtout face au refus catégorique de ces fameux scénarios de la part de l'unité syndicale, l'ARS propose la mise en place d'un audit pour analyser les besoins de santé en psychiatrie sur le département. L'intersyndicale menée par la CGT a accepté cet audit (formé de professionnels extérieurs à la région) en obtenant auparavant des garanties sur la neutralité du procédé.
 
La CGT du CPN, invitée par nos camarades ravenéliens, n'aura pas de mal à expliquer ensuite le projet étant dirigé par des directeurs de chez nous : DSO et Directrice de la Communication, sous l'égide de notre Directeur Général, nous sommes à peine surpris des méthodes employées … ! Ces Directeurs ont même osé présenter à nos collègues vosgiens une vision idyllique du CPN, où les projets seraient co-élaborés en associant les équipes ce qui assure par la suite une grande qualité de vie au travail.
Il est rappelé à l’assemblée qu'au CPN, une cure d’austérité est mise en place par les mêmes protagonistes depuis bien longtemps avec une accélération brutale ces derniers mois. L’imminente fermeture de 15 lits SL et du CMP Médreville seraient le petit cadeau de fin d'année à placer sous le sapin de l'ARS Lorraine pour lui montrer à quel point la Direction travaille bien !
Il est rappelé également à nos collègues vosgiens que les méthodes de management par la peur, la culpabilisation, la résignation des équipes sont utilisées depuis bientôt 15 ans sur notre établissement pour mettre à mal chaque individu qui tenterait de sortir du rang.
Le but de ces méthodes qui s’accompagnent d'un lean management de proximité pour dessouder les cohésions des équipes n'a de but que d'éviter la réflexion intellectuelle et étouffer une saine opposition qui pourrait stopper le processus de destruction du soin public.
La CGT du CPN tient à remercier de la confiance que lui accorde ses camarades Ravenéliens et se félicite des liens qui se consolident chaque jour un peu plus pour s'engager ensemble dans la lutte pure et dure.  Elle va en effet être nécessaire pour s'opposer à cette poignée de décideurs qui se servent de leur place dans un service public, pour tenter de le faire imploser. L'idée qu'ils se font du soin, du handicap mental, des familles, de ceux qui souffrent et qui est inscrite dans leur politique de rigueur purement capitaliste du soin, la CGT la rejette avec force. La réunion de nos deux syndicats dans la lutte pour préserver une offre de soin humaine avec toutes les catégories de personnel nécessaires est aujourd'hui scellée.
Ensemble on est plus forts, on ne laissera pas faire, ils ne nous font pas peur !
Ce service public, ces hôpitaux ne leur appartiennent pas, forçons-les à les respecter et à nous écouter !