Commission de formation du 5 novembre 2014 Le compte-rendu de la CGT du CPN

93

En préambule, la CGT souhaite interpeller la commission de formation sur des interrogations qui lui ont été remontées par les professionnels : 

  • Quel accès aux formations soignantes pour certaines catégories de professionnels ?

  • Le flou des explications données aux agents lors des refus de D.I.F.

 
Sur le 1er point, la CGT remonte à la commission de formation que certaines professions comme les ASE se voient refusées l’accès à certaines formations au motif que la priorité est donnée aux soignants (ex : ethnopsychiatrie, …) S’agissant de travail en équipe pluridisciplinaire, il serait peut-être intéressant de faire preuve de plus d’ouverture dans la composition des groupes partant en formation.
Le responsable du service formation propose de ressensibiliser les cadres même s’il reconnait par exemple que la formation à l’entretien d’aide ne sera pas ouverte à la catégorie AS qui n’en fait pas dans son exercice professionnel.
Selon le DSO, toutes les demandes formulées lors de l’entretien remontent sans censure à la Formation Continue via le logiciel SYFADIS, à condition toutefois que l’agent veille à bien signer son entretien.
Les représentants des personnels répondent que SYFADIS est relativement complexe et que bon nombre d’agents sont perdus.
La Direction propose de rédiger l’année prochaine une note d’information expliquant aux cadres et aux agents que le compte-rendu d’entretien doit être signé électroniquement.
 
Sur le 2nd point, la CGT demande à la Direction de mieux expliciter les raisons des refus de D.I.F.mais aussi de clarifier sa position sur les formations à cheval sur 2 années (ex : GRETA, …) qui seraient rejetés d’office.
La Direction ajoutera dans ses prochains courriers la mention du nombre de demandes de D.I.F. reçues, le budget disponible, le nombre de rejets et d’acceptation.
Pour les formations de type GRETA ou D.U. demandées au titre du D.I.F., ce point pose effectivement problème et sera débattu en commission courant 2015.
 
1 – Budget de formation 2015

La commission doit se prononcer sur les demandes de formation à rejeter compte tenu d’un dépassement de l’enveloppe budgétaire de l’ordre de 35 000 €.
Il est convenu de ne pas toucher à l’enveloppe des demandes de formation individuelles.
 
Les débats sont principalement orientés autour des demandes de formation D.U. ou masters.
La Direction réaffirme que c’est l’intérêt du service qui doit déterminer les priorités à retenir.
La CGT et la CFDT réaffirment que les agents ont cependant le droit à demander des préparations de concours ou des formations qualifiantes sinon autant nous dire tout de suite que le plan de formation ne sert que les intérêts de l’employeur !
Après plusieurs tergiversations, la commission équilibre le budget 2015 en supprimant les demandes de D.U. et la préparation au concours de secrétaire médicale (cette dernière sera cependant refinancée en 2015 si un concours est ouvert)
  

2 – Masters pour les cadres

La Direction réaffirme sa position selon laquelle elle encourage les cadres à passer des masters prioritairement dans la suite de la formation IFCS.
En effet, pour les autres demandes, il faut savoir que cela prend beaucoup de temps (2,5 jours par semaine)
La Direction explique que lorsque l’on sort de formation IFCS, 2 modules sont acquis (à vie auprès du CNAM), qu’il est plus facile de préparer le mémoire et qu’il n’y a plus besoin du stage de 6 mois (acquis par V.A.E.)
  

3 – Formation syndicale

FO précise sa demande à savoir qu’une ligne spécifique soit inscrite dans le plan de formation pour permettre aux permanents syndicaux d’obtenir des formations plus en lien avec leur activité syndicale.
 
La CFDT et la CGT rappellent que chaque syndiqué bénéficie annuellement de 12 jours de formation par l’intermédiaire de sa confédération. Il est donc tout à fait inacceptable que les budgets de formation des services soient minorés pour financer de la formation syndicale.
Chacun s’accorde toutefois pour dire que chaque permanent syndical conserve le droit de demander des formations individuelles (D.I.F., C.F.P, masters, D.U., …) sans discrimination et comme chaque agent du CPN.
 
La CGT ajoute toutefois qu’il serait souhaitable, à l’image de la demande formulée cette année par le médecin du travail, de financer des formations communes service de santé au travail / Direction / CHSCT autour de grandes thématiques nationales comme la prévention des risques psychosociaux, l’égalité hommes-femmes, …
 
4 – Colloques IFCS

FO demande à ce que les colloques de l’IFCS soient désormais inscrits dans le plan de formation.
Le responsable de formation répond que dans ce cas aussi, il faudra retirer des crédits sur les formations des agents ou des services.
FO précise que cette demande tient au fait qu’un risque plane sur la pérennité de l’IFCS de Laxou car jusqu’à présent, l’IFCS s’autofinançait mais que cette année, il y a beaucoup moins d’inscrits (comme au CHU) et que le manque à gagner se situerait autour de 60 000 €.
 
La Direction reconnaît que le problème est épineux et risque de se poser également pour l’IFSI. Toutefois, elle ne pense pas que financer environ 6 000 € par an de colloques IFCS permettra de résorber le déficit.
La CGT et la CFDT se joignent à l’inquiétude de FO et demandent la mise en place d’une réunion avec la Direction pour évoquer cette problématique inquiétante.