Clinique privée de psychiatrie dans le Toulois Droit de réponse à l’Est Républicain

78

Concernant l'affirmation selon laquelle le Toulois ne comptait plus d'unité psychiatrique depuis la fermeture de l'Hôpital Jeanne d'Arc en 2007, il convient de préciser que les patients du Toulois nécessitant des hospitalisations étaient suivis sur le CHU (pavillon Canton) et qu'un Centre Médico-Psychologique était (et est encore) ouvert rue Joly à Toul pour des consultations en ambulatoire.

De plus, par le passé, vous avez fait paraitre 2 articles en date des 13 mars 2014 et 11 mars 2015 dans lesquels vous relayiez les craintes de la CGT et des personnels de voir s'implanter une clinique privée de psychiatrie dans le Toulois avec comme conséquences la mise en place d'une médecine à 2 vitesses, des fermetures de lits publics et des destructions d'emplois sur le Centre Psychothérapique de NANCY.

Lors d'une réunion à l'Agence Régionale de Santé le 9 avril 2014, il nous a même été spécifié que cette clinique privée était destinée à une "certaine patientèle" obligée d'être hospitalisée dans les cliniques privées parisiennes voire allemandes faute de structure de ce type en Meurthe-et-Moselle …

Aujourd'hui, nos craintes sont fondées et s'appuient sur des faits avérés :

  • lors du transfert en 2015 du secteur de psychiatrie du Toulois (G06) du CHU vers le CPN, 15 lits ont été fermés
  • lors du transfert en 2016 du secteur de psychiatrie de St Nicolas de Port vers le CPN, 20 lits ont été fermés
  • le CPN est passé de 364 lits à 355 lits d'hospitalisation complète entre 2004 et aujourd'hui (en sachant que ce chiffre a peu évolué malgré l'ouverture de nouvelles structures comme par exemple ; l'UHSA dotée de 42 lits; l'intégration des secteurs du Toulois et de St Nicolas de Port représentant 90 lits. Pour la CGT, ce sont au final plus d'une centaine de lits qui ont disparu sous couvert d'une justification économique de l'ARS de privilégier les prises en charge en ambulatoire, le tout sans moyens supplémentaires dédiés aux CMP et hôpitaux de jour)
  • la mise en place au 1er juillet 2016, d'un Groupement Hospitalier de Territoire placé sous l'égide du CHU de NANCY va engendrer de nombreuses mutualisations de moyens et donc à terme, la disparition de certaines missions allouées à la psychiatrie publique

Il est évident que mettre en avant la création d'emplois sur TOUL est illusoire car c'est oublier que la baisse de lits sur le CPN entraîne des suppressions de postes ou des non-remplacements.

En outre, le ratio personnel soignant / lit dans le secteur privé est bien moindre qu'à l'hôpital public !

Au final, l'équation tend plutôt vers des embauches en moins que vers des créations d'emplois pour notre département.

La CGT tenait à vous apporter ces éclaircissements et se tient bien évidemment à votre disposition pour toute question.

Dans l'attente, veuillez agréer, Monsieur le Rédacteur en chef, l'expression de nos cordiales salutations.

Pour le bureau de la CGT du CPN,

Emmanuel FLACHAT et Cédric ROUX

Téléphone : 03-83-92-51-93

Permanences les mardis et vendredis (répondeur en dehors des heures d'ouverture)