CAPL : les petits soldats ne resteront pas toujours au garde vous

125

Pourtant le nombre de dossiers a augmenté de 30%. De plus en plus de professionnels accablés se tournent tout naturellement vers les Commissions Administratives Paritaires Locales  pour faire entendre leur mécontentement. Les représentants du personnel dans les CAPL sont attentifs aux difficultés de leurs collègues. Ils sont là pour faire entendre les arguments des agents, en faisant savoir aux représentants de l’administration et au président des CAPL que les professionnels donnent souvent le meilleur d’eux même. Ils défendent la dignité des salariés.
Les services « les plus lourds » sont les plus touchés. Là où il faudrait faire preuve de discernement, les remarques les plus négatives qui sont du domaine de la confidence verbale sont retranscrites sur la fiche d’évaluation et d’appréciations. A quoi bon cette note relative à la procédure de notation, où la confiance mutuelle les recommandations d’empathie ne sont pas respectées…Ainsi certains collègues découvrent des propos déformés, mal interprétés et un décalage énorme entre les appréciations et l’échange verbal à l’entretien.
La direction fait peu de cas des représentants du personnel. Il faut se battre ardûment dans cette instance pour faire entendre les arguments des représentants du personnel.
Pour le moment, les organisations syndicales représentant les agents, n’ont pas encore le rapport de force suffisant qui leur permettrait de faire cesser ces comportements. 
L’union faisant la force, la CGT se rapprochera des autres organisations syndicales pour amplifier les potentiels, si possible par un travail en commun avec un seul objectif : soutenir les agents dans leur droit à la  reconnaissance.