Visite de la Ministre de la Santé à NANCY Retour sur le 6 juillet 2018

77

Motion à l'attention d'Agnès BUZYN, Ministre de la Santé :

Madame la Ministre, les 2 syndicats CGT des établissements de Ravenel et du CPN vous alertent sur la situation gravissime de l’offre de soin en psychiatrie sur nos départements de la Meurthe et Moselle et des Vosges.
Nos 2 hôpitaux représentent 2 800 agents et plus de 600 lits.

Depuis l’application de la loi HPST, nos établissements subissent des coupes sombres sur leurs budgets, avec réductions capacitaires d’accueil intra hospitalière, et une diminution de l’offre de soins en ambulatoire obligeant par nécessité fréquente à faire fonctionner les unités en surcapacité.
Cela s’accompagne d’une baisse sans précédente des effectifs (hormis ceux des Directions), d’une déqualification des personnels avec de la formation au rabais, de la généralisation de la contractualisation, …


Les conséquences de la politique menée par les ministères Bachelot, Touraine et maintenant le vôtre sont multiples :

  • Pénurie médicale et paramédicale qui entraine une embolisation du système de soin.et donc une dégradation de sa qualité
  • La dégradation des conditions de travail conduit à de la maltraitance institutionnelle et entraine une souffrance qui arrive à son paroxysme pour ceux qui continuent à soigner. Il en résulte une multiplication des accidents et arrêts de travail, conduisant parfois au suicide.
  • Des patients en souffrance qui restent au bord de la route ne trouvant pas de réponse à leur demande de soins auprès de l’hôpital comme en ambulatoire, ce qui entraine de la désocialisations et favorise la recrudescence des troubles psychiatriques avec de possibles conséquences sur l’ordre public.
Nous vous demandons de prendre en considération la dimension de la spécificité de la psychiatrie au sein du GHT 7, pour qu’elle maintienne tout l’intérêt de la sectorisation de nos hôpitaux respectifs. Cela implique de préserver notre indépendance financière sans pour autant la diminuer comme c’est le cas actuellement !

Spécifiquement, nous vous demandons le rattrapage de la dette du CHS de Ravenel à hauteur de 5 millions d’euros et l’arrêt total des débasages pour le Centre Psychothérapique de Nancy 

Des expériences d’intégration de la psychiatrie au sein de CHU ont été des échecs, ce qui démontre l’impossibilité de son fonctionnement en MCO.

La CGT affirme haut et fort :
  • STOP à la fermeture d’unités,
  • STOP aux dégradations des conditions de travail,
  • NON à l’augmentation des capacités d’accueil des unités existantes sans personnel qualifié supplémentaire.