Travail social vers une reconquête

68

  • exiger le retrait immédiat du projet de ré-architecture des diplômes de travail social et l’ouverture de réelles bases de négociations 
  • exiger la diversité de nos qualifications,
  • exiger une formation qualifiante reposant sur l’alternance intégrative : des stages longs, garants d’une véritable professionnalisation,
  • refuser le projet validé par la commission consultative de travail social du 15 janvier 2015 qui prévoit la disparition de nos diplômes, la remise en cause de l’alternance avec la réduction des stages et des stages hors champ social,
  • exiger la reconnaissance de nos formations à bac +3.
Le travail social tel qu’il s’exerce en France est une richesse sur le terrain, pour les professionnels eux-mêmes, pour les employeurs, mais surtout pour les personnes qui en bénéficient au quotidien.
Ce projet entrainerait forcément une formation tronquée, provoquant un appauvrissement des compétences et une technicisation des pratiques professionnelles, dans un contexte où l’accent doit être porté sur la relation d’aide et l’accompagnement des publics en grande difficulté.
La CGT poursuit son combat pour un travail social de qualité, socle fondateur de notre société ; et le maintien des professions historiques, issues d’une idée de vivre ensemble, garantes des princes de solidarité et des valeurs démocratiques de notre société.

 
La CGT du CPN rappelle à cet égard qu’elle a constitué un collectif ASE qui ne demande que l’aide des bonnes volontés désireuses de s’engager et partager ensemble sur notre métier (référente à contacter  : Vanessa JUPPONT – assistante sociale Unité B du NBH)