Transfert du secteur de psychiatrie du Toulois vers le CPN La CGT écrit au Directeur de l’ARS

96

Sur la forme, la CGT est plus qu’étonnée de cette relocalisation d’autant plus incompréhensible au vu des autres services de psychiatrie fonctionnant déjà de manière satisfaisante dans les locaux du CHU (UAUP et CUMP à l’Hôpital Central, Pédopsychiatrie à l’Hôpital d’Enfants)
Pourquoi alors ne pas avoir opérer un simple transfert administratif avec maintien sur le site du CHU ?

Cette urgence met également à rude épreuve les services techniques et administratifs du CPN pour organiser dans les temps l’installation dans les locaux de l’Unité 4 (précédemment désaffectés et transférés sur le NBH)
 
Sur le fond, la CGT est perplexe sur la qualité du service rendu aux usagers. En effet, ce transfert sur le CPN se traduit au passage par la fermeture de 15 lits d’hospitalisation mais aussi par la réduction des effectifs soignants qui seront rabotés pour se conformer aux ratios ETP/lits du CPN nettement moins favorables.
Par conséquent, se posera inévitablement la question des personnels en « surnombre » et de leur réaffectation au-delà de la période de mise à disposition de 6 mois. La CGT n’est pas dupe sur le fait que cette manne ne manquera pas d’être utilisée en lieu et place de recrutements à l’issue des prochains départs en retraite d’agents CPN. La CGT est très inquiète quand on sait qu’aujourd’hui, les effectifs sont déjà sous-dotés et insuffisants pour mener à bien toutes nos missions.
 
En outre, l’activité du G06, notamment à travers un de ses axes prioritaires de prise en charge comme le sont les ECT, ne manque pas de nous interroger.  La proximité géographique du G06 au CHU avec les blocs opératoires sera clairement compromise et ne manquera pas de provoquer des désagréments :

  • augmentation des temps de transfert des patients,
  • mise à disposition de personnels accompagnants,
  • déstabilisation des patients,
  • quid du temps et du lieu d’observation nécessaire après ECT quand on sait que jusqu’à présent, un lit était utilisé en hôpital de jour en psychologie médicale ?
  • …. 
D’autre part, la CGT tient à vous sensibiliser face à l’inquiétude et au stress qui gagnent les agents se retrouvant confrontés à ce grand chambardement :
  • mise à disposition de 6 mois,
  • à terme, mobilités plus ou moins forcées dans les différents pôles du CPN,
  • absence de temps d’adaptation et de formation aux nouveaux protocoles et logiciels spécifiques CPN,
  • absence de « tutorat » puisqu’a priori aucune mixité des équipes n’est prévue à ce jour,
  • …. 
Le volet administratif est lui aussi préoccupant puisque ce transfert de personnel engendrera inévitablement des répercussions sur la rémunération et la carrière (notamment calcul de la prime de service, péréquation de la note, …) d’autant plus significatives pour les agents en fin de carrière. 
 
Sur le côté financier, la CGT vous demande comment seront pris en charge les travaux et équipements neufs indispensables à l’accueil des patients et des personnels dans des conditions dignes. En effet, le budget alloué par l’ARS à hauteur de 100 000 € est largement insuffisant au vu de l’ampleur des sommes nécessaires à la remise en état des locaux décrépis de l’Unité 4 et d’une partie de l’Unité 3 étage.
On dépasse aujourd’hui les 900 000 € de dépenses selon les chiffres communiqués par notre Direction !
Il serait en effet préjudiciable que cette installation du G06 se traduise par la remise en cause de dépenses programmées pour d’autres services de soins surtout dans un contexte de tension budgétaire.

  
Au vu de toutes ces interrogations, il nous semble légitime d’avoir des éléments de réponse à communiquer aux agents et surtout des garanties au vu des problématiques énoncées ci-dessus.
 
Vous remerciant de l’attention portée à notre requête, veuillez agréer, Monsieur le Directeur, l’expression de nos salutations distinguées.
  
Pour le bureau de la CGT du CPN,
Le secrétaire,                                                                    
Emmanuel FLACHAT