Réunion GHT du 6 mars 2018 La fusion avec le CHRU se précise

67

Monsieur BAROU, Directeur, et Mme MEUNIER, Directrice des Achats, des services financiers et informatiques nous ont présenté  ce qui avait été acté à ce jour concernant les fonctions supports (services administratifs, techniques et logistiques), premières à être mutualisées dans le GHT.

1) Les achats

Depuis le 1er janvier 2018, le Directeur du CPN ne signe plus aucun marché.
En clair, ce n’est donc plus le CPN mais le CHRU qui a désormais la quasi-maîtrise des choix des futurs équipements du CPN et des entreprises de travaux qui interviendront dans nos locaux !
La Direction estime qu’à terme, le fait de mutualiser les achats à l’échelle du GHT 7 (composé de 11 établissements) nous permettra de réaliser des économies.
La CGT se questionne plutôt sur notre dépendance vis-à-vis du CHRU, sur une perte d’autonomie, de nos spécificités liées à la psy et sur une perte de réactivité pour satisfaire les demandes des services.

Concernant les effectifs, la Direction reconnait qu’il y aura un impact sur les professionnels du secteur Achats du CPN, à savoir :
– dans un premier temps, la perte d’1,5 poste à compter de juin 2018
– le non-remplacement des départs en retraite
– à plus ou moins long terme, l’existence d’un service achats CPN pourrait être compromise

Il est à souligner que la direction des achats du GHT a été confiée à une directrice du CHRU, ancienne directrice de l’Agence Régionale de Santé.

2) Pharmacie
Les achats médicaux et notamment de médicaments sont amenés à terme à être mutualisés au sein du GHT. Là encore, la Direction a été confiée à un pharmacien du CHRU.

3) Blanchisserie
A compter du 9 avril 2018, le linge du CPN sera désormais traité par la Blanchisserie du CHRU de NANCY dans le cadre d’un groupement de coopération sanitaire comprenant les établissements membres de notre GHT.
Le transport de notre linge vers le CHRU et de retour du CHRU sera confié à partir de juin 2018 à un transporteur privé.

La Direction du CPN se veut rassurante : ½ poste de chauffeur CPN auparavant dédié au transport du linge sera réaffecté vers le transport patients.
Le linge ne sera pas livré par le transporteur privé dans les services mais à la lingerie-relais, à charge pour les chauffeurs CPN d’en assurer la distribution.
La CGT y voit au contraire un premier pas vers une privatisation totale du transport du linge. Qu’est-ce-que qui empêchera demain qu’un transporteur privé livre directement dans les unités ? Surtout que le site du CPN est maintenant richement doté en panneaux avec noms de rue, tout pour faciliter la tâche aux entreprises extérieures …. !

4) Informatique
La direction du système informatique du CHRU est sans surprise confiée à un directeur du CHRU de NANCY.
Le système devra être convergent à compter de 2021, c'est-à-dire des logiciels communs (pour le dossier patient, la gestion économique et financière, le circuit des médicaments,…)
Concernant le DPI psy, il ne sera remis en question qu’à partir de 2023 et devra devenir alors un module du DPI commun à tous les établissements du GHT.

A la question sur la précipitation de changer CIMAISE pour CARIATIDES pour encore changer dans 5 ans, la Direction répond qu’on essuie effectivement les plâtres d’une nouvelle version mais que CARIATIDES est un très bon logiciel développé à l’origine par le CHS de Rouffach….

A propos du devenir des agents, les effectifs du service informatique du CPN seront maintenus mais la question se pose de savoir quand il y aura mutualisation et redéploiement sur le CHRU de NANCY.

 

Pour la CGT, il est urgent de prendre conscience du risque encouru.
Le GHT ne doit pas nous amener à une fusion avec notre voisin CHRU.
Il faut combattre cette orientation politique qui viserait à faire disparaître le CPN en tant qu’entité juridique propre, mais aussi Ravenel.
La psychiatrie doit conserver son identité !

Aux côtés de la CGT :
• revendiquons pour conserver les moyens nécessaires pour travailler dignement, en nombre et en sécurité,
• affirmons notre refus d’être placés sous tutelle de qui que ce soit ou absorbés dans une gigantesque structure hospitalière vide de sens.

Alors, le 22 mars 2018, faisons converger tout ce mécontentement et manifestons non seulement pour le service public mais aussi pour la sauvegarde de notre hôpital !