Refondation de la Santé On exige des actes

111

Pire la CGT voit se dessiner le projet libéral qu’elle a toujours combattu : la marchandisation de tout le secteur de la santé et de l’action sociale.
Le gouvernement, à travers les campagnes de pub de cet été, tente de faire passer dans l’opinion l’idée que notre système est à bout de souffle à cause des demandes irresponsables des usagers !!! Voici LEUR projet !!!
 
Cet été, sur le 54, plus de 300 lits d’hôpitaux ont fermé (le double par rapport à l’été 2021)
Les personnels ont dû se plier en quatre pour aller dépanner dans des services qu’ils ne connaissaient pas, ont dû accumuler les heures supplémentaires, le stress, …
Des services d’urgence ont partiellement fermé (TOUL et Gentilly)
Les médecins traitants et le 15 ont été fortement sollicités pour réguler l’accès à l’hôpital, …
Tout l’été, la CGT a recensé des situations complexes et anormales auxquelles ont dû faire face les professionnels et les usagers.
La CGT a pu en faire état auprès des députés et du délégué territorial de l’Agence Régionale de Santé qui ont accepté de nous recevoir … !

 
Après la culpabilisation, le gouvernement cherche maintenant à généraliser ce « fonctionnement en mode dégradé » en obtenant la résignation des citoyens et des travailleurs pour mieux mettre en place sa refondation de la Santé : la charité pour les plus démunis et pour les autres, le recours au secteur privé lucratif ou alors la renonciation à toute demande de prise en charge !!!
 
Nous voici donc à la rentrée 2022 à un moment crucial où vont se discuter à l’Assemblée Nationale notamment le financement de nos structures, du budget de la Sécurité Sociale pour 2023 mais surtout les choix cruciaux sur le système de protection sociale et de solidarité que nous voulons pour l’avenir !

 
Aujourd’hui, pour la CGT, il est grand temps d’agir sur les solutions qui ont été proposées et travaillées en lien avec les professionnels et les usagers.
 
Il est temps d’agir pour un grand service public de la santé et de l’action sociale dans un cadre 100% financé par la Sécurité Sociale, sans aucune restriction d’accès aux usagers quels que soient leurs moyens financiers, leur origine, leur lieu de résidence, leur état de santé,…