QUESTIONNEMENT SUR LE TRAVAIL EN 12 HEURES.

104

1/Lorsqu’une soignante est enceinte, elle a, selon les conventions collectives du C.P.N. , droit à prendre une heure de grossesse quotidienne.
Je ne suis pas sans ignorer et pour l’avoir vécu moi-même, qu’en cas de nécessité de service, cette heure peut ne pas être accordée ponctuellement.
Cela est calculé sur la base d’une journée de 7H36…
Oui, mais comment est-ce calculé sur une amplitude horaire de 12H ?
J’imagine qu’en cas de travail en 12H, l’heure de grossesse reste la même, auquel cas les femmes enceintes sont perdantes dans leur droit et gagnantes en fatigue ! On comprend alors que l’administration soit gagnante.
À moins que cela n’augmente plus facilement le nombre d’arrêt maladie chez les femmes enceintes ???

2/Le code du travail prévoit qu’une heure d’allaitement soit octroyée quotidiennement sur le temps de travail, à compter de la reprise du congé de maternité jusqu’au 1er anniversaire de l’enfant (articles L224-1, L224-2, L224-3, L224-4).
Cette heure d’allaitement (que peu connaissent, y compris certains cadres au C.P.N.) est prévue soit pour :
-se rendre sur le lieu de garde de l’enfant pour l’allaiter (très pratique et très réalisable lorsque nos enfants sont gardés à la crèche du C.P.N.)
-tirer du lait sur son lieu de travail : un lieu propre, muni d’un point d’eau doit être mis à disposition par l’employeur (en théorie, en pratique c’est bien évidemment différent mais au C.P.N. on peut encore s’accommoder d’un bureau d’interne inoccupé, par ex.)
Cette heure peut être rémunérée ou non (une chance pour nous au C.P.N. elle est rémunérée !)
Dans l’organisation du travail en 12H, les jeunes mères qui souhaitent faire valoir ce droit seront forcément perdantes (tout comme pour l’heure de grossesse) , par contre c’est une fois encore l’employeur qui sera gagnant une nouvelle fois financièrement !
Nos employeurs devraient ne pas oublier que l’allaitement maternel :
-préservé à la reprise du travail permet une reprise plus douce du travail (grâce aux retrouvailles mère/enfant à la crèche lors de l’heure d’allaitement)
-diminue les risques de maladies infantiles, d’où un moindre nombre de jours "enfant malade" posé

3/Sur le calcul des heures de maladie sur la base du travail en 12H : qu’en est-il ?