Premières annonces de la Ministre de la Santé Rien de neuf

104

La CGT exige :
•  La suppression des taxes sur les salaires (4 milliards)  qui permettrait de créer 100 000 emplois,
•  La reconnaissance de la pénibilité de nos métiers par un départ anticipé à la retraite,
•  L’augmentation des salaires,
•  Un moratoire sur les fermetures d’établissements  et de lits dans les services.


La ministre a annoncé la construction d’un agenda social avec les organisations syndicales représentatives du personnel. Il comportera des concertations dans les différentes branches spécifiques, notamment sur les questions de pénibilité, dans le cadre de la future réforme des retraites, doublées d'une consultation citoyenne.

Concernant les services d'Urgences, la ministre s’exprimera lundi 9 septembre.
Elle informe cependant que le périmètre des agent.e.s concernés par la « prime de risque » des Urgences sera élargie aux ARM et infirmier.e.s de la psychiatrie.


Les dernières communications de la ministre ne sont pas à la hauteur des revendications exprimées par les mouvements sociaux qui s’amplifient.
Ce sont tous les personnels de la Santé et de l'Action Sociale qui réclament des moyens supplémentaires.

Seules la poursuite et l’amplification du mouvement par des actions dans tous les établissements et territoires doivent faire entendre les légitimes revendications portées par les professionnel.le.s.

La CGT appelle les salarié.e.s, les agent.e.s et les organisations syndicales  à participer massivement à la journée d’action du 11 septembre à Paris (rdv Place d'Italie à 13h00) et dans tous les territoires.


 Montreuil, le 6 septembre 2019.