PLFSS 2024, quelle ambition ?

280

Le communiqué de presse de l’USD CGT Santé et Action Sociale 54 :

En ce jour symbolique du 21 septembre 2023 (journée internationale pour la paix), la CGT a décidé de mettre en perspective les moyens supplémentaires alloués dans le cadre de la loi de programmation militaire (413 milliards d’euros) avec la faiblesse du Projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale 2024 qui va prochainement être débattu à l’Assemblée Nationale.

La CGT lance donc une campagne PLFSS 2024.

La CGT invite notamment les usagers à solliciter leurs députés pour que les financements 2024 soient enfin à la hauteur des besoins de la population (cf tract ci-joint qui sera distribué dans un premier temps à la sortie du parking du CHRU de Brabois jeudi 21/09 à partir de 15h45)

La situation catastrophique dans laquelle se trouvent de nombreux services hospitaliers appelle en effet à des mesures fortes que nous ne retrouvons pas à la lecture des 1ers éléments transmis par le gouvernement dans le cadre du PLFSS 2024.

Localement, nos établissements ne sont pas épargnés et des dizaines de lits sont toujours fermés en cette rentrée (CHRU de NANCY, CPN, …)

Nous avons pris connaissance du traitement médiatique autour du récent Plan Blanc déclenché en Moselle.

S’il est évident que les problématiques bien identifiées de ressources humaines et la proximité avec le Luxembourg contribuent à la situation, la CGT ne note pas de nouvelles annonces ministérielles à la hauteur en termes de revalorisations salariales.

Concernant le nerf de la guerre, nous n’oublions pas que le PLFSS attribue les ressources budgétaires aux établissements de santé pour fonctionner, payer et embaucher du personnel !

Or, aujourd’hui et plus particulièrement dans notre département de Meurthe-et-Moselle, les finances sont déjà dans le rouge.

La CGT a ainsi récemment eu connaissance d’un audit financier inquiétant concernant le GHEMM (CH Lunéville, CH St Nicolas de Port, 3H Santé) qui pourrait déboucher sur des fermetures de lits ou de service, sur des mutualisations de personnels, …

Les cliniques privées du groupe ELSAN sont également dans une situation financière préoccupante, plus spécifiquement pour les activités maternité et chirurgie de la Polyclinique Majorelle.

Concernant les EHPAD, là aussi, malgré les effets d’annonce du gouvernement, les moyens alloués ne sont pas à la hauteur pour payer les personnels à leur juste valeur et garantir des embauches supplémentaires (le PLFSS 2024, c’est au mieux 0,5 poste supplémentaire par EHPAD !)

Il devient donc essentiel de mobiliser tous les moyens pour éviter de nouvelles restrictions dans l’accès aux soins voire même des renoncements aux soins de la part d’usagers confrontés à des situations inextricables (délais d’attente, renchérissement des soins et des mutuelles, …)

                                                                                                Nancy, le 20 septembre 2023

Contact : Emmanuel FLACHAT (Tél 06-10-70-41-48)