Pilotage de l’Hôpital Public Toujours la même cacophonie

86

Quand on voit le désastre se profiler, la non-réponse aux interpellations concrètes sur la détérioration des conditions de travail et de prise en charge, il ne faudrait pas chercher à noyer le poisson comme certains le font en ce moment !
La CGT a bien compris qu’à l’origine du malheur se trouve la politique d’austérité menée par les gouvernements successifs (notamment loi HPST et loi Santé) mais cela relève quand même du rôle des directeurs de piloter et de gérer, non ?

 
Alors pourquoi un tel malaise ?
Pourquoi le silence voire le mutisme prennent-ils le pas sur le dialogue et la concertation ?
Y aurait-il des choses à cacher ?
 
Les personnels et leurs représentants ont en effet de quoi s’inquiéter quand on voit se profiler l’avenir (GHT, mutualisation de services, mutations d’agents, suppressions de postes et de lits) et que rien n’est transparent du côté de nos dirigeants.
 
C’est une des raisons qui a poussé la CGT à revendiquer notamment à l’occasion de la grève du 26 janvier 2017 et à pousser jusque devant la Direction du CHRU de NANCY pour demander des comptes à notre futur patron !
Et côté ARS, est-ce vraiment sérieux quand on lit dans la presse vosgienne, une interview de notre ancien directeur de l’ARS (M.D’HARCOURT) qui se félicite à la fois de son bilan mais aussi de s’être séparé des directeurs qui résistaient !?
Par qui est-il remplacé ? Par un nouveau directeur, M.LANNELONGUE, qui une fois googlisé laisse apparaître dans les résultats de nombreux articles sur le procès en cours contre lui pour harcèlement moral contre un directeur d’hôpital !

 
Comment s’étonner alors que les directeurs d’établissements n’osent plus rien dire, eux qui sont notés et sanctionnés par l’ARS ?
Ne nous y trompons pas, la CGT ne cherche pas à atténuer la responsabilité de nos dirigeants.
 
Quand on entend plusieurs fois dans la bouche de notre directeur lors de la cérémonie des vœux qu’il faut avoir confiance et ne pas chercher à résister à tout prix au changement, la CGT ne peut qu’être vent debout !
Quand on lit les beaux articles dans l’Est Républicain sur PHILIA et le même jour, le signalement de maltraitance sur l’Unité E, il y a de quoi s’interroger sur ce changement qui va soi-disant vers le mieux !
 
Quoi qu’il en soit la CGT ne désarmera pas et n’aura de cesse de questionner et d’interpeller tous nos dirigeants pour revendiquer de meilleures conditions de travail et continuer à pratiquer des prises en charge dignes de ce nom.
Ayons confiance en nous, en notre capacité à nous indigner, à nous mobiliser pour refuser l’inacceptable !
Voilà notre message en ce début d’année.