Patients sous tutelle De nouvelles dispositions légales à combattre

109


Désormais, les tutelles devront leur ouvrir un compte dans un établissement privé extérieur à l’hôpital ou à l’EHPAD.
L’argument invoqué ? Les droits du patient !
Concrètement, il leur faudra se rendre dans une banque privée par leurs propres moyens, munis d’une carte bancaire de retrait et d’un code à mémoriser.

Pour certains de ces patients, cela rentre dans leurs capacités.
Mais pour l’immense majorité de ces patients, mis sous tutelle justement parce qu’incapables de gérer leurs revenus, il en va tout autrement.
Les patients en psychiatrie ont très souvent peur des transports en commun.
Ceux des EHPAD ne peuvent plus se déplacer. Il reviendra donc aux soignants de les accompagner régulièrement, alors qu’ils sont déjà surchargés de travail.
En espérant qu’ils n’auront pas perdu leur carte et oublié leur code, puisqu’ils souffrent de troubles cognitifs avérés.
Enfin, les patients et résidents paieront ce service public privatisé.
Cette réglementation nie la maladie mentale et les besoins réels de nos patients. Elle transfère à nouveau un service public au privé lucratif au détriment de patients déjà peu argentés.
Les services de tutelle ont déjà alerté le défenseur des droits.
Les directions d’établissement sollicitent la FHF.

La Commission Nationale de la Psychiatrie  de la  Fédération CGT de la Santé et de l’Action Sociale demande le retrait immédiat de cette réglementation bureaucratique qui ne tient aucun compte de la réalité de terrain.Cette réglementation doit demeurer une option pour certains patients, pas une obligation pour tous.