Non aux calomnies et à la discrimination La CGT écrit au Directeur

96

Ces procédés sont inadmissibles. Bribes rapportés par des agents apeurés :

– « la CGT est seule à la manœuvre et entraîne les autres organisations syndicales ! »
– « la CGT est responsable d’avoir fait paniquer les patients pour rien ! »
– « la CGT instrumentalise tout le monde pour se faire de la pub ! »
– « ne les écoutez pas ! Monsieur FLACHAT a démissionné et Monsieur ROUX est sous la menace d’une plainte car il a insulté le Professeur SCHWAN ! »

Encore plus abject comme procédé : un courrier a été préparé par les mêmes cadres et des pressions ont été faites pour que les agents signent une lettre « d’équipe » désavouant ce qu’ont fait remonter les organisations syndicales !
Résultat : un courrier vous a été transmis le 26 juin comportant seulement 7 signatures dont celle de la cadre du CMP Médreville.
Est-ce que vous validez cette pratique et considérez ce courrier comme représentatif alors que pour rappel, nous vous avons remis lors du CHSCT du 7 juin, une pétition signée par plus de 400 agents et que nous étions une soixantaine à manifester dans le hall de l’Administration A ?
Nous ajoutons également que focaliser uniquement sur le CMP Médreville, c’est ignorer la souffrance et les difficultés de nos collègues de l’Unité E et des autres unités d’hospitalisation du PGN qui seront impactés par le projet de réorganisation.

Face à de tels procédés et de tels mensonges éhontés, la CGT ne restera pas sans réaction. Elle en appelle à votre fonction de chef d’établissement pour rétablir la vérité, ramener la sérénité et faire cesser cette entrave aux libertés syndicales et d’opinion.
Avoir des divergences sur certains sujets devrait être normal dans une démocratie et encore plus dans notre établissement où vous enorgueillissez dans un récent courrier de pratiquer un dialogue social ouvert, loyal et honnête.

La CGT tient à réaffirmer qu’elle se tiendra toujours au côté des agents qui oeuvrent chaque jour dans des conditions difficiles pour prendre en charge dignement les patients,
La CGT ne se laissera pas museler dans ses revendications pour un service public de psychiatrie de qualité.
La CGT réfute la vision idyllique que vous tentez de nous imposer selon laquelle tout se fait pour le patient et en étroite collaboration avec les agents.
La CGT a rencontré à plusieurs reprises des agents en désaccord avec les projets et la politique actuelle mais elle constate surtout que de plus en plus d’agents nous témoignent leur peur de prendre la parole devant leur hiérarchie.
Nous n’acceptons donc pas d’en déduire à tort comme certains le font : « qui ne dit mot consent ! »

La CGT a bien conscience que le fait que les 3 organisations syndicales revendiquent ensemble est une chose rare qui déstabilise bon nombre d’acteurs hauts gradés du CPN et que les pressions que nous subissons en sont la conséquence.

La CGT a déjà par le passé dénoncé auprès du Défenseur des Droits certaines pratiques discriminatoires exercées à l’encontre de ses militants.
Aujourd’hui, nous tenons à vous faire savoir que si de tels procédés devaient être cautionnés (voire devenir une règle tacite au CPN), nous n’hésiterons pas à porter l’affaire sur la place publique et user de toutes les voies de recours à notre disposition, y compris judiciaires.

Comptant sur votre sagesse et votre discernement pour voir où sont les intérêts de chacun, nous vous prions d’agréer, Monsieur le Directeur, l’expression de nos salutations respectueuses.

Les représentants CGT

 

Copie : Inspecteur du Travail – ARS