Négociations sur les parcours professionnels, les carrières et la rémunération dans la fonction publique (PPCR) La position de la CGT du CPN

120

  • l’intégration d’une partie des primes dans le salaire indiciaire (+ 4 points pour la catégorie C soit 18,52 € bruts mensuels, + 6 points pour la catégorie B soit 27,78 € bruts mensuels et + 9 points pour la catégorie A soit 41,67€ bruts mensuels) 
  • lutte contre les discriminations faites aux femmes
  • déroulement de carrière sur au moins 2 grades  Aujourd’hui, on estime que seuls 50% des agents terminent leur carrière au dernier échelon. Ce qui est expressément prévu par le protocole, c'est que, demain, tout fonctionnaire effectuant une carrière complète atteindra, au minimum, l'échelon et l'indice les plus élevés du grade supérieur à celui de son recrutement.
  • avancement d’échelon : harmonisation de la cadence avec fixation d’une ancienneté identique pour tous (finies les réductions d’ancienneté que l’on connaissait et qui au CPN étaient minimum de 3 mois pour les agents en-dessous de la moyenne du grade !)
  • avancement de grade : les ratios promus / promouvables seraient revus pour permettre un accès plus rapide au grade supérieur et renvoyé aux instances représentatives des personnels (et plus fixés par arrêté ministériel ?)
  • suppression de l’échelle 3 de la catégorie C
  • la catégorie C verra passer le 1er échelon de l’indice 323 à l’indice 330 (soit un gain de 42 € bruts mensuels) et culminer en sommet de grille à l’indice 473 à la place de 462 (soit un gain de 46 € bruts mensuels)
  • la catégorie B verra passer à partir de 2018, le 1er échelon de l’indice 326 à l’indice 343 et culminer en sommet de grille à l’indice 562 à la place de 587 (soit un gain moyen de 97 € bruts mensuels). Le corps des ASE serait reclassé en « petite » catégorie A.
  • la catégorie A verra passer à partir de 2019, le 1er échelon de l’indice 365 à l’indice 390 (soit un gain de 116 € bruts mensuels) et culminer en sommet de grille à l’indice 821 en 2020.
   
Pour la CGT du CPN, même si dans un contexte politique d’austérité, ces annonces peuvent paraître alléchantes, il ne faut pas oublier qu’elles sont encore bien éloignées des attentes des agents ! La CGT s’est efforcée tout au long de ces négociations de rechercher le mieux possible pour les agents mais le gouvernement décide de passer ce protocole à la signature des organisations syndicales en tentant de forcer la main (en somme, c’est ça ou rien !)
 
N’oublions pas que le point d’indice qui sert de base de calcul à nos salaires est gelé depuis 2010 (et confirmé jusqu’à 2017), ce qui a engendré une perte de pouvoir d’achat énorme pour les fonctionnaires.
 
N’oublions pas que les ratios fixés par le gouvernement pour les avancements sont majoritairement en baisse depuis de nombreuses années, ce qui bloque de nombreux agents en sommet de grille sans perspective de promotion.
 
N’oublions pas non plus le chantage (non-remis en cause) au passage à la catégorie A pour les infirmiers, qui a augmenté de 5 ans le nombre d’années nécessaires pour partir en retraite !
 
N’oublions pas non plus qu’à ce stade, cette négociation arrive bien tard. Comment en effet prendre au sérieux un gouvernement qui, fortement ébranlé dans sa cote de confiance auprès des français, nous fait des promesses qu’il n’est pas certain de pouvoir respecter compte tenu des échéances électorales de 2017 ?
 
Pour la CGT du CPN, de l’argent il y en a ! C’est maintenant que les salaires doivent être revus et que les carrières des agents doivent s’améliorer.
Etaler ainsi des « mesurettes » jusqu’à 2020 ne nous convainc pas !

La CGT du CPN a fait savoir à la Fédération Santé qu'elle avait voté contre lors de la CE du 15 septembre.
 
Si vous voulez en savoir plus, n’hésitez pas à nous contacter au 51-93 ou à nous écrire à cgt@cpn-laxou.com