Logique comptable et restructurations des hôpitaux

67

La loi TOURAINE va encore plus loin en encourageant le recours au secteur privé pour participer aux prises en charge sur un territoire donné.
Les hôpitaux publics se voient ainsi contraints et forcés de « négocier » ce que le privé prendra en charge et c’est bien là le danger.
De nombreux exemples d’application de cette politique de santé ont démontré que ces « partages de clientèle » favorisaient largement le privé !
Par exemple, dans l’ancien bassin minier, la clinique de la Générale de Santé à Rouvroy a développé un de ces fameux partenariats avec le CH de Lens (formations communes, échanges de compétences et de savoir, …) sur le domaine de la cardiologie. Aujourd’hui, le privé a une activité en cardiologie plus importante que l’hôpital public et a drainé la plupart des patients avec toutes les conséquences que cela implique en terme d’avenir pour les emplois publics, …
Autre exemple, à Valenciennes, la polyclinique privée opère, empoche de la Sécu la plus grosse partie de la facture et renvoie le patient vers le secteur public pour les soins de suite !
En clair, le privé ne veut surtout pas des hospitalisations longues ou compliquées (ex : les grands brûlés)
 
Ces exemples ont de quoi nous éclairer sur les conséquences du « partenariat » mis en place par le CPN avec la future clinique privée de psychiatrie du Toulois. Restons vigilants !