Grève du 9 octobre 2018 Retour sur les mobilisations

130

Partout en France, la CGT et 5 organisations de salariés et étudiants appelaient ce 9 octobre à la grève et à la manifestation contre les politiques et reformes du gouvernement Macron/Phillipe.      
Cette journée d’action et de mobilisation a fait suite au 4 octobre, journée d’action dans les établissement de santé et d’action sociale publics comme privés.
 
Les salariés et syndicats CGT des secteurs de la santé et de l'action sociale sont descendus nombreuses et nombreux  dans la rue pour exprimer leur Ras le bol et dire stop à la suppression de postes, au gel des salaires, aux fusions, mutualisations, fermetures de lits dans les champs de la santé et de l’action sociale, et cela au seul service de la marchandisation de la santé et du profit des plus riches.      
Les 54 mesures du plan « Santé 2022 » n’existent que dans l’objectif de justifier et de pérenniser des restrictions budgétaires et la disparition du secteur public dans les territoires.      
Le gouvernement entend bel et bien condamner l’ensemble du monde du travail à une insécurité sociale généralisée.      
La CGT se mobilise pour faire barrage à la traduction de cette politique d’austérité et d’inégalité dans le Projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale 2019.
 
50 000 personnes à Paris ont attendu que les conflits entre les forces de l’ordre et des manifestants en marge du cortège se terminent avant de pouvoir essayer de se faire entendre malgré le silence médiatique autour de cette journée.      
Les salariés, les retraités et les citoyens se sont retrouvés dans les plus grandes comme les plus petites communes de ce Pays pour exprimer cette colère partagée. Nous étions 7 000 à Nantes, 5 000 à Nîmes, 2 500 à Montpellier, … 
 
La fédération CGT de la santé et de l'action sociale soutient les actions qui se multiplient partout en France et compte bien poursuivre ce combat pour une société plus juste et solidaire pour tous.

Montreuil le 10 octobre 2018