Grève des 24 et 25 novembre 2016 Les personnels hospitaliers ne lâchent rien

96

Pour rappel de nos revendications :  

  • Abrogation de la Loi HPST
  • Abrogation de la Loi Santé
  • Abandon de la « territorialisation » de l’offre de soins, des GHT et des restructurations
  • Arrêt des fermetures de lits et des suppressions de postes
  • Fin des enveloppes limitatives et abandon du plan ONDAM triennal de 3,5 milliards d’économies sur les hôpitaux
  • Octroi des moyens budgétaires permettant aux établissements sanitaires et médico-sociaux d’assurer leur mission de service public, d’investir, d’embaucher et de titulariser nos collègues contractuels
  • Abrogation des ordres professionnels
  • Ouverture de vraies négociations sur les carrières et les grilles indiciaires
  • Une égalité salariale entre les hommes et les femmes
  • Un plan d’urgence de formation initiale et continue pour palier au déficit démographique actuel et garantir à l’avenir des effectifs permettant un retour à la qualité, la sécurité et au confort du soin
  • La préservation et le développement d’un service public républicain de santé, de proximité sur l’ensemble du territoire, garant d’une réelle égalité dans l’accès aux soins.
Face à ces revendications, le Gouvernement nous répond soyez patients :
«  TOUT VA MIEUX !!!» 
Devant un tel mépris, une seule réponse : la mobilisation et le rapport de force.

 

La Défense de l’Hôpital Public et des missions de Service Public nous imposent à nouveau la GREVE 

LE JEUDI 24 NOVEMBRE ET LE VENDREDI 25 NOVEMBRE 2016

Au CPN, pendant combien de temps encore accepterons-nous de travailler dans ces conditions.
 
A chaque jour dans notre hôpital, son lot de déceptions :
  • doublements de postes (ex : Archambault samedi 19 novembre 2016)
  • demande par anticipation aux agents du CMP Toul pour dépanner les futures absences programmées sur l’Unité 6
  • confiscation par l’ARS d’1 million d’euros supplémentaires sur notre budget portant ainsi le montant total de prélèvement à 2,5 millions sur l’année 2016
  • un hôpital mis en déficit par l’ARS
  • non-remplacement de postes vacants faute de budget
  • une future privatisation de la crèche du personnel, … 
Pour construire et assurer le succès de ces journées de grève nationale (avec un rassemblement parisien devant le Ministère de la santé), la CGT du CPN appelle tous les agents de l’établissement à se mobiliser et à participer à nos côtés pour :
  • Arrêter les revendications précises en matière de conditions de travail, d’effectifs, d’emplois, de maintien de services, …
  • Organiser le blocage des GHT.
  • Poursuivre et amplifier les luttes locales quand elles existent et préparer la grande journée de mobilisation intersyndicale de janvier 2017 avec FO et SUD.
Nous invitons tous les salariés à se réapproprier leur travail et à formuler leurs propositions d’amélioration dans les cahiers mis à leur disposition (en circulation dans les services et disponibles sur simple demande au 51-93 ou en écrivant à cgt@cpn-laxou.com )