Future loi santé : De l’austérité et des coups au service public, sous couleur de démagogie

72

Plus grave, la notion de service public de santé disparait au profit du « service territorial de santé au public », dans lequel le lucratif, certes sous condition, pourra participer. Dans la même lignée, des groupements hospitaliers obligatoires seront généralisés et viseront à accélérer les recompositions sanitaires.

Rien non plus sur la dégradation des conditions de travail des personnels, pour Madame la Ministre, l’hôpital, c’est d’abord les directeurs et un peu les médecins… Ainsi, elle a réussi l’exploit de parler 45 minutes en ne citant pas une seule fois le reste du personnel de l’hôpital !

En ce qui concerne la psychiatrie, en dehors de réaffirmer la notion de sectorisation, la Ministre se borne à annoncer l’ouverture d’un chantier…

Dans un flux d’autosatisfaction et de démagogie, La Ministre nous inonde de belles paroles, d’incantations sur le dialogue social. En filigrane, la réalité est tout autre, c’est la poursuite de la logique de privatisation de la santé, de la mainmise de l’état sur l’assurance maladie, le tout dans un contexte d’austérité jamais égalé pour les années à venir…

Il va être urgent que les professionnels, par leurs luttes, interviennent dans l’écriture de la future loi « Touraine » !

Fait à Montreuil, le 19 juin 2014