Fermeture du Centre d’Activités Annonce brutale et inattendue

89

Il ont besoin des locaux pour créer un centre de crise pour les patients qui passent par l’UAUP et qui ne peuvent être hospitalisés. Ce projet est annoncé comme validé par le directeur.

Or, le projet n’est pas réellement défini :rien n’est proposé pour les 80 à 110 malades pris en charge par le CA actuellement, qui devront se tourner vers des CATTP et Espoir 54.

L’ERA irait prendre ses quartier au Prisme pour laisser la place à ce nouveau projet.

Il est annoncé aux personnels du CA qu’au vu de leur réaction, ils ne seraient pas associés au projet et que le chef de pôle du PGN espère qu’ils arriveront à dormir ce soir ! On leur souhaite au passage un bon week-end !

Jeudi 28/01/2016, un mail est envoyé à tous les cadres pour leur signifier qu’en accord avec M.BAROU, le CA allait disparaitre pour devenir un Hôpital de Jour Intensif et qu’il serait souhaitable de ne plus faire d’orientation sur le service (mail signé par l’encadrement supérieur et les médecins)

Lors du dernier CHSCT, les organisations syndicales interrogent la direction, quant à ce projet et sur le devenir du personnel qui a été spécialement formé pour ce service. Le DRH et le DSO tombent des nues et feignent de ne pas être au courant de la situation.

Le 05/02/16, le Pr SCHWAN, le Dr LAMBOLEZ, M.MANGEONJEAN et Mme MOUROT se rendent de nouveau au CA.

Le discours est cette fois-ci un peu plus édulcoré, «nous devons travailler ensemble les fiches de poste, ce projet n’est pas mis en place par la force»

En septembre l’HJI ouvrira, le personnel devra être formé. Il n’y aura pas de punition pour ceux qui refuseront.

On explique au personnel qu’il n’est pas possible financièrement de garder le CA et qu’il est nécessaire de créer cette HJI. Avec quelle patientèle???? Pas pour les patients chroniques ! La seule chose définie est que ce serait des séjours de 2 à 3 semaine d’HJ avec 2 lits réservés sur le NBH pour les crises aigues.

C’est une alternative à l’hospitalisation : « Le patient doit prendre sa place au coeur de la cité »

Travaux et choix d’équipe devraient se faire en juin, après passage aux instances.

A ce jour les prescriptions sur le CA continuent, l’équipe est sous tension, la cadre du service depuis peu doit mener le projet.

Les patients ont peur, certains ont écrit au directeur, d’autres ont rappelé leur médecin prescripteur pour connaître leur prise en charge à l’avenir.

Bilan : une équipe et des patients en souffrance. Un modèle du genre en terme de conduite de projet et de prévention des RPS !