F3SCT spéciale CLACT du 30 avril 2024

141

Les Contrats Locaux d’Amélioration des Conditions de Travail (CLACT) sont encadrés par l’Agence Régionale de Santé, qui finance, après sélection, à hauteur de 50 % du montant des projets. Pour l’année 2024, ces derniers (5 maxi) doivent être transmis à l’ARS avant le 10 mai et doivent s’inscrire autour de 3 axes :

1. Sécurité et santé au travail

2. Pratiques innovantes dans les Ressources humaines

3. Amélioration des conditions et accompagnement des évolutions organisationnelles.

Les représentants des personnels sont donc amenés à statuer sur plusieurs propositions.

Pour l’axe 1 : 2 projets élaborés en vue de favoriser la prévention des TMS :

  • Achat d’ «Ergotron » : chariots utilisés en services intra permettant de se déplacer avec l’ordi pendant les tours médicaux, 9 services ont été identifiés par la Direction pour bénéficier de cet appareil. La CGT souligne que le modèle actuellement utilisé montre quelques faiblesses, notamment dans les roulettes. La CGT reconnaît que les collègues apprécient ce type de matériel mais demande à ce que l’existant puisse bénéficier d’une maintenance interne, ou que le choix soit revu pour le prochain modèle choisi.

Coût : 3 992 euros, avis favorable à l’unanimité.

  • Souris sans fil pour les agents effectuant un travail informatique variable au cours de leur journée de travail (achat de 50 pièces) et pointeur central sous forme de barre (à clipser sous le clavier) notamment pour les postes de secrétariat. Le service de santé au travail annonce avoir déjà identifié les services pour le déploiement du matériel, même si des enquêtes peuvent être encore réalisées. L’ergonome effectue actuellement un travail de recensement. Ce matériel est à vocation de prévention, et nullement à être stocké. Ces achats pourraient être complétés l’an prochain si besoin. La CGT rappelle avoir été à l’origine il y a quelques années d’une action d’aménagement ergonomique sur les postes informatiques mais tique cependant sur le distinguo fait entre ceux qui utiliseraient beaucoup (les services administratifs et les AMA) et les autres. La CGT invite le service de santé au travail à se pencher aussi sur le temps d’utilisation et les besoins au sein des bureaux infirmiers …

Coût : environ 12 000 euros, avis favorable à l’unanimité.

Pour l’axe 2 : 2 projets seront retenus :

  • L’accompagnement aux évolutions du temps de travail : 2 cabinets extérieurs ont été contactés : ARACT (local) et MRHQ (Rennes), le devis de l’ARACT devrait parvenir rapidement. Cette demande portée par la CGT vise à trouver des alternatives aux trop fréquentes organisations en 12h pour envisager par exemple des semaines de 4 jours, des plannings plus proches des situations personnelles des agents en garde alternée (semaine haute/basse), …. du « cousu main » qui demande un travail conséquent encadré et accompagné, pour des organisations de travail qui ne soient pas protocolisées.

Coût : environ 40 000 euros, avis favorable à l’unanimité.

  • Formation cohérence cardiaque : déjà utilisée auprès des patients, cette technique serait inscrite dans un plan de formation déjà trop rarement respecté, faute de temps, de moyens humains. Cet outil est cependant disponible via des applis gratuites. La CGT ne voit donc pas l’intérêt de dépenser les sommes présentées (1500 euros pour un groupe de 10 personnes/jour). Aussi, sur demande de la CGT, un « Fil info » invitant à découvrir ces applis gratuites sera rédigé pour celles et ceux qui souhaiteraient les utiliser.

Avis défavorable à l’unanimité.

  • Actions de cohésion d’équipe : la Direction présente une proposition sous forme de convention chiffrée à 25 euros/personne pour 2h. Si une partie de laser maxx ou un escape game sont perçus par certains comme pouvant « ressouder des équipes », la CGT insiste pour sa part sur d’autres outils à prioriser et favorisant cet objectif : retrouver du sens au travail, mettre en place des supervisions, … La CGT rappelle en outre que ces dispositifs proposés par certaines équipes pour l’utilisation des enveloppes de pôle avaient été rejetés. A revoir donc …

Avis défavorable à l’unanimité.

  • Formation égalité professionnelle femmes-hommes : 2 référentes sont enfin nommées sur le CPN : Mme Weber (directrice de site) et Mme Debay (psychologue du travail), cependant une formation reste nécessaire, et à destination du plus grand nombre d’agents, par une journée de sensibilisation par exemple. Le sujet semble enfin pris au sérieux et le travail engagé.

Coût : 13 000 euros, avis favorable à l’unanimité.

  • Un autre projet mérite d’être mieux défini, il sera présenté en CSE en juin et concerne le coaching individuel.

Notre directrice de site s’engage à travailler ces projets CLACT bien plus tôt à l’avenir.

La CGT demande l’application de la règle que nous avions négociée et jusqu’ici en vigueur à savoir que si un dossier n’était pas retenu par l’ARS, le CPN le financera intégralement sur ses fonds propres… Il s’agit en effet, d’améliorer nos conditions de travail. La Directrice de site accepte notre demande et poursuivra comme auparavant.