Compte rendu CHSCT du 16 NOVEMBRE 2010 La CGT, force de proposition, obtient des avancees significatives

90


CLACT (Contrats Locaux d’Amélioration des Conditions de Travail)
 
Rappelons que le CLACT ne doit pas servir à refaire un travail parallèle du type audit alors qu’une expertise est en cours par le cabinet Emergences.
Attendons les résultats de cette expertise qui nous permettrons de mettre en place des solutions, d’organiser de journées de prévention, de formation.
Cette somme allouée pourrait aussi payer une partie de cette expertise
 
PAPRIPACT
 
La CGT a réaffirmé que le CHSCT n’avait pas été suffisamment associé au recensement des risques professionnels et notamment dans la cotation des risques.
A la lecture de ce document, apparaissaient des risques graves et avérés comme à la buanderie où rien n’avait encore été fait. Les représentants CGT au CHSCT sont alors intervenus très rapidement sur les lieux pour faire le nécessaire afin de mettre les agents en sécurité sur leur lieu de travail.
 
COVIRIS
 
La Direction nous informe que l’exploitation de ce logiciel est une exploitation à minima car il n’y a pas assez de recul pour une étude plus approfondie.
Nous précise qu’en 2011 commencera un « chantier » pour exploiter ces statistiques.
La CGT rejoint la Direction sur l’inutilité de ce logiciel et attend avec impatience le grand chantier de 2011.
 
U.H.S.A
 
La Direction nous informe du retard pris dans les travaux, ouverture prévue fin 2011, début 2012.
Quant à l’organisation du travail, il y a des pistes de réflexion et différentes hypothèses étudiées…….
La CGT demande à être informée de l’avancée des « travaux » et souhaite qu’il y ait des réunions d’étapes dans les différents groupes de travail auxquelles elle pourrait participer.
De plus, nous rappelons que l’organisation du travail dans tous les services du CPN mais aussi à l’UHSA, reste une prérogative du CHSCT !

Pour en savoir plus :
Retraites et recrutements
 
D’après la Direction, le recrutement du personnel au CPN est supérieur au nombre de départs en retraite.
(Tableau à l’appui ….)
Pour la CGT, ces chiffres sont erronés. Pour exemple, le nombre d’infirmiers recrutés par la Direction courant 2010 englobe ceux déjà prévus pour l’UHSA et qui ne seront présents que de façon transitoire dans les services de soins.
 
Bionettoyage
 
Le marché a été remporté par l’entreprise Sin et Stes, la CGT demande à ce qu’un point soit fait sur les modifications apportées au cahier des charges et donc sur la charge de travail de ces agents et la qualité de leurs prestations.
Aux différentes questions posées, nous n’avons aucune réponse du Président du CHSCT qui n’a pas encore étudié de près le nouveau cahier des charges….
La CGT s’interroge quant à cette réponse !
 
BPEAS et gestion de l’absentéisme
 
Face à la pénurie de personnels, la Direction a mis en place une politique que nous dénonçons à savoir le rappel des agents en repos pour remplacer un collègue au pied levé.
Cette méthode est regrettable et confirme de nouveau ce que nous affirmons depuis des années : le manque de personnels dans les services de soins.
Aucune réaction de la Direction…………..
 
Contentions
 
Retour sur le problème de prescription de contention des patients en HO lors des transferts d’un commissariat jusqu’au CPN.
La CGT se félicite que le message soit enfin passé et qu’une prescription médicale écrite soit désormais obligatoire pour la pose des contentions.

Pour en savoir plus :
http://www.lacgtducpn.com/index.asp?menu=&sousmenu=&page=5&detail_article=2&le_tri_article=&la_recherche_s=&la_recherche_g=CONTENTIONS
 
Utilisation de DRUGCHECK à la Médecine du travail
 
La CGT s’interroge quant à l’utilisation de DRUGCHECK (dépistage de drogues dans les urines) à la médecine du travail.
Le Médecin du travail nous explique que cette technique a été utilisée dans un seul cas bien précis à la demande d’un agent pour un suivi particulier.
La CGT rappelle que la médecine du travail doit privilégier son rôle de prévention et ne doit pas en dévier.
 
Sécurité dans le bâtiment administratif
 
La CGT demande à ce qu’une sortie de secours soit installée au deuxième étage du bâtiment A au vu de la configuration des locaux et du nombre de personnes accueillies.
Réponse de la Direction : ce dispositif n’est pas envisagé car ces travaux ne sont en aucun cas une priorité et que des mesures compensatoires sont mis en place (détecteurs de fumée, formation incendie, exercice pratique…).