CME du 23 mai 2024 Le compte rendu de la CGT du CPN

40

Présents pour les médecins : Les Docteurs Laruelle, Fauve, Merey, Saad Saint-Gilles, Laprevote, Body Lawson, Ligier, Loparelli, Kabuth, Georget, Berchis, Lamourette, Mainhu (interne)

Pour la Direction : M.Yadjel (DRH), M.Mangeonjean (DSO), Mme Weber (directrice de site), Dr L’huillier (SST)

Représentants d’instance : M.Lombard (CSIRMT) et M.Jacquot (CSE)

AFFAIRES MEDICALES

Point sur l’attractivité médicale (information) :

Bref point sur la politique contractuelle et salariale, puis présentation là aussi succincte de l’espace médical. En cours de travaux, cet espace est situé à la place des garages et ancienne cafétéria. Cet espace détente pour les docteurs sera muni de trois salles, une première dédiée exclusivement aux seniors, une deuxième aux juniors et enfin un espace intermédiaire pour l’ensemble de la communauté médicale avec billard et babyfoot, barbecue…

ORGANISATION DES SOINS, SECURITE, USAGERS ET QUALITE

Extension et renforcement de l’équipe UPUPEA

Renfort de l’équipe existant depuis peu. L’équipe d’urgence et post urgence en psychiatrie de l’enfant et l’adolescent sera donc renforcée en effectif paramédicaux par deux IDE, un IPA, et 0,5 ETP médical contre 0,1 actuellement. Les missions de cette équipe sont variées : évaluation urgences, liaison (notamment avec le territoire vosgien, principalement pour l’IPA) orientation vers CMP, partenaires sociaux, secteur hospitalisation.

Cette équipe prend tout son sens vu l’état de délabrement de l’offre en pédopsychiatrie aujourd’hui… En effet, les politiques de santé n’ont jamais été à la hauteur de l’évolution sociétale et de la demande, on apprenait d’ailleurs dans un article de « l’humanité » que les hospitalisations des jeunes filles de 10 à 14 ans ont augmenté de 246%, 163 pour les 15-19, 106 pour les jeunes adultes !!! Chez les adolescentes, le taux d’hospitalisation pour des gestes auto-agressifs (TS ou automutilation) ont doublé entre 2012 et 2020… puis redoublé entre 2020 et 2022. Dans le même temps, l’offre de soins, elle, n’a pas évoluée. Pire… elle a régressé sur l’ensemble du territoire (la seule unité d’HC pour les mineurs de Ravenel avait failli fermer par manque de pédopsychiatre), et sur le CPN rien de plus et pire, des antennes ont disparu (Comme à Champs-le-bœuf).

On sent bien ici que l’équipe sera sollicitée… par les services de pédiatrie notamment pour un soutien au diagnostic ou à la prescription chimique (entre 2014 et 2021, la consommation d’antipsychotiques a augmenté de 49%, 63 pour les antidépresseurs, 155 pour les hypnotiques et sédatifs… Pour la seule année 2021, l’augmentation est de 16% pour les anxiolytiques, 224 pour les hypnotiques et 23 pour les antidépresseurs !!!). Si l’hospitalisation n’est pas nécessaire et qu’un suivi ambulatoire en CMP semble plus adapté, bonne chance pour l’orientation avec des délais de 1er rendez-vous pouvant atteindre plusieurs mois (premier rendez-vous n’étant pas synonyme de prise en charge…). Par contre, si une hospitalisation est nécessaire et ben… tant pis !!! C’est là qu’intervient à nouveau l’équipe en post urgence pour « faire tenir l’enfant » jusqu’à ce qu’une place se libère dans le désert hospitalier. Selon le Haut Conseil de la Famille, de l’Enfance et de l’Age, la situation est simple : « l’offre pédiatrique, pédopsychiatrique et médicosociale est en recul et ne permet plus d’accueillir dans des délais raisonnables (six à dix huit mois) » or « le nombre d’enfants en difficulté psychique augmente, à la fois faute de soins appropriés et en raison d’effet extérieurs tels que les guerres, crise sanitaire et éco anxiété. »

Pour la CGT, si ce renforcement d’équipe peut s’avérer utile et nécessaire, ce seul projet trahit bel et bien un manque d’ambition dans l’amélioration de l’offre de soins en psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent (nombre de lits en hospitalisation complète, redimensionnement des professionnels en CMP)

Sans entrer dans les détails de l’organisation en 12h, et de l’absence consternante de prévention des RPS (on le fera en CSE), il est quand même évoqué l’éventualité d’une hypothétique possibilité d’envisager une supervision pour une équipe en première ligne de gestion de la souffrance d’une population en proie à des troubles psychiques augmentant exponentiellement… Alors pour absorber cette souffrance et vivre avec l’absence de solution d’orientation, il restera cependant la gratuité des soins pour les agents de la FPH afin de rééquilibrer l’augmentation de consommation des psychotropes chez les adultes !!! 

Autres points d’info

La Dr L’Huillier, responsable du service de santé au travail envisage un changement de dénomination de son service en y ajouter la notion de « prévention » comme c’est le cas depuis une petite dizaine d’années au niveau national. La CGT est ravie d’apprendre qu’en plus de l’embauche d’un préventeur, le service de santé au travail se penche sur cette nécessité, à l’heure des RPS, de la généralisation des horaires dérogatoires en 12h ou plus…

Enfin, un petit rappel des élections professionnelles des professions médicales en juin avec une liste partielle CGT ! Si cette liste ne semble pas faire d’émules dans l’assemblée, nous informons que la CGT a adressé les professions de foi à l’ensemble des praticiens concernés.