CHSCT extraordinaires du 24 février 2014 Quelles réponses pour l’Unité 3 et l’Unité 4 ?

88

CHSCT extraordinaire du 24 février 2014 : situation à l’Unité 3

Confrontés depuis plusieurs semaines à la prise en charge difficile d’un patient autiste, les personnels de l’Unité 3 accompagnés par la CGT, ont demandé un CHSCT extraordinaire pour dénoncer leurs conditions de travail (violence, sous-effectif,  …)
La Direction a reconnu la réalité des difficultés et nous avons pu obtenir les garanties suivantes :
– fin de la prise en charge par le CPN mi-mars,
– renforcement de l’équipe qui passeraient à 4 avec un recrutement de contractuel début mars,
– appel au dépannage sur l’ensemble du CPN.

Cependant, les représentants du personnel ne se satisfont pas de ces demies mesures et ont demandé à la Direction d’embaucher dès aujourd’hui du personnel supplémentaire (en intérim pour le court terme mais également des embauches fermes pour renforcer notamment le pool de suppléance débordé)


Cerise sur le gâteau : nous apprenons le 28 février que de nouveaux actes de violence à agents sont survenus suite à l'accueil d'un 2ème patient autiste au sein de l'Unité 3 !
La CGT demande une nouvelle fois à la Direction de mettre en place les mesures pour préserver les personnels et de se rapprocher de l'Agence Régionale de Santé afin que ces patients puissent bénéficier d'une prise en charge adaptée au sein de structures dédiées à cette pathologie.
 

CHSCT extraordinaire du 24 février 2014 : situation à l’Unité 4

Le 4 février dernier, les représentants CGT inscrivaient une alerte sur le registre du CHSCT à propos de la dégradation des conditions de travail à l’Unité 4 à quelques mois du déménagement sur le NBH.

Lors du CHSCT du 24, la Direction a cherché dans un premier temps à minimiser les problèmes (pourtant, 25 changements de planning en janvier + un accident de service) et a ensuite mis en avant le côté avantageux de la future organisation du travail au sein du NBH.
Pour souligner le côté participatif de ce projet, l’encadrement confirme l’abandon du travail à 2 sur la plage horaire de 6h45 et un retour à 3 agents.


Toutefois, la CGT a pointé l’émergence de risques psychosociaux chez des collègues fatigués et est pessimiste sur le fonctionnement du NBH au vu des tensions qui pèsent actuellement sur les effectifs.
Les représentants du personnel ont à nouveau demandé des embauches pour être à la hauteur d’un projet qui se veut très (trop ?) ambitieux.