CHSCT extraordinaire du 30 juin 2015 sur les difficultés à l’Unité 3 Le compte rendu de la CGT du CPN

89

Demandes de la CGT :
 
– La CGT s’étonne du déroulement de cette instance et rappelle à la Direction que le 16 juin, elle avait dénoncé le mauvais fonctionnement du CHSCT et qu’il était nécessaire qu’un travail en commun soit fait avec toutes les parties concernées. Or, nous constatons de nouveau que pour cette nouvelle instance, la méthodologie est une fois encore approximative.
Par ailleurs, la Direction et le secrétariat du CHSCT ont fait le choix d’évincer le personnel de l’unité concernée malgré la demande de la CGT d’associer les soignants les plus à même de relater leurs difficultés
 
– La CGT, rappelle à la Direction que l’unité 3 se trouve actuellement en période critique, que le personnel a une impression d’abandon de la part de leur hiérarchie et qu’il s’inquiète de la prise en charge des patients dans de telles conditions.
– La CGT s’inquiète du temps médical famélique qui est, selon nous, source de maltraitance.
– La CGT dénonce les conséquences pour les patients du manque de présence médicale à savoir :
* consignes médicales données uniquement par téléphone,
* certificats médicaux établis en dehors du cadre légal (chambre PSI,…)
* certificats de situation établis hors délai (fugue,…)
 
La CGT déplore l’absence de soutien de la part d’un encadrement absent et qui ne prend pas forcément la mesure de la situation, notamment lorsque des agents de nuit sont victimes de menaces de mort ciblées, précises et étayées.
La Psychologue du travail rejoint la CGT sur le malaise ressenti par les professionnels à cette occasion.
 
Réponses de la Direction : 
 
Suite à ces revendications, la Direction nous informe qu’en ce qui concerne le manque d’effectif :
– 1 AS vacataire supplémentaire sera recrutée pour la période estivale,
– 1 AS sur le pool de suppléance arrive le 6 juillet,
– 1 IDE est « activement » recherchée par la DSO
 
En ce qui concerne le temps médical :
– un médecin de l’UPM devrait prendre ses fonctions à hauteur de 0.4 ETP à l’unité 3 à partir du 27 juillet 2015 en complément du 0,6 ETP du Dr PAREJA.
– un interne pourrait être affecté en novembre 2015 si un PH peut assurer son encadrement.
– un ancien interne serait pressenti pour la place d’assistant à compter de novembre 2016
 
Le Docteur PAREJA précise pour sa part que les consignes médicales données oralement et les certificats médicaux sont de sa propre responsabilité.
 
D’une part, le Directeur des soins dit avoir revu avec l’encadrement du BPEAS leur manque de soutien aux agents en difficultés lors d’un service de nuit et suite à des menaces de mort.
D’autre part, le chef de Pôle nous informe avoir rencontré les deux agents concernés pendant leur arrêt maladie.
 
Le service qualité a conseillé à ces agents de déposer plainte suite à ces menaces, ce qu’ils ont fait mais la Direction répète une fois de plus ne pas pouvoir en faire de même tant qu’il n’y a aucune raison tangible (malgré les 2 accidents du travail à déplorer à cette occasion !?) 
 
La CGT constate que la situation de l’unité 3 était malheureusement prévisible au vu des résultats des questionnaires RPS et des multiples ENNOV.
Les réponses apportées sont largement insuffisantes ou inappropriées tant au niveau du recrutement de personnels soignants que médicaux
 
La CGT rappelle que la Direction se doit de protéger ses agents et est légalement responsable de tout dysfonctionnement qui surviendrait dans les prises en charge des patients accueillis dans notre hôpital dû à un défaut d’organisation (manque de personnel, …)
 
La CGT encourage chaque agent à ne pas hésiter à faire remonter aux représentants du CHSCT toutes difficultés qui persisteraient.