CHSCT extraordinaire du 18 octobre 2013 sur le NBH La Direction assume la conduite de projet

69

La CGT a tout d’abord tenu à remercier les agents qui s’étaient déplacés et rappelé à la Direction de comptabiliser ce temps comme du temps de travail (cf courrier CGT du 4 octobre dernier)

La CGT réfute la vision idyllique du projet NBH telle qu’on nous la présente.

Elle rappelle que la date butoir pour se porter candidat avait été fixée au 25 août alors qu’à cette date, les résultats du questionnaire sur les 12 heures et le choix de la Direction n’étaient pas connus !!!

Si les agents sont présents aujourd’hui, c’est surtout pour :

  • dénoncer une conduite de projet sans lisibilité,
  • demander des comptes sur la constitution des équipes faîtes dans la plus parfaite opacité,
  • obtenir des précisions sur les cycles de travail, les effectifs minimum de fonctionnement et de grève, les postes de journée, …

Sur l’aspect architectural, la CGT espère effectivement qu’au vu des sommes engagées, les agents et patients bénéficieront de meilleures conditions de travail et d’hospitalisation qu’actuellement. La CGT rappelle le million d’euros engagé en imprévu pour stabiliser le terrain et demande à la Direction la plus grande vigilance pour empêcher les malfaçons qui apparaissent malheureusement ces derniers temps sur les nouvelles constructions au CPN (CMP Essey, UHSA, …)

Sur le projet médical, la CGT déplore la réorganisation complète opérée sur le département hospitalisation du Pôle du Grand Nancy qui brouille les cartes : les agents qui devaient être prioritaires dans les choix pour le NBH étaient à l’origine ceux de l’U4 et d’Hardeval E ! Il y a d’ailleurs eu une intervention conjointe du représentant de la CME lors du CTE du 15 octobre dernier. Ensuite, les propos visant à rationaliser l’utilisation des chambres d’isolement vont certes dans le bon sens mais à condition de ne pas occulter la réalité du travail des soignants. En effet, certains hôpitaux travaillent sans chambre d’isolement mais avec des effectifs renforcés par rapport à ceux existants au CPN !

La Direction et les médecins confirment que ce projet novateur s’inscrit bien autour d’une refonte complète de la façon de travailler au sein des unités d’hospitalisation du Pôle du Grand Nancy (mais également dans les C.M.P) :

  • développement de compétences complémentaires,
  • activités ouvertes même pour les patients des autres unités,
  • sacralisation de temps forts autour des activités thérapeutiques (à partir de 9 h – 9 h 30)
  • travail d’adaptation des unités après étude sur le mode de placement des patients (SL, SDT, SDRE),
  • mise en place de réunions avec les agents retenus pour affiner le projet de service et les plannings,
  • maintien du taux actuel d’encadrement agent / lit, ….

La CGT demande à réorienter les débats autour des préoccupations concrètes des agents :

  • nombre de postes,
  • effectifs minimum par unité,
  • poste de journée, …

Selon l’encadrement, les effectifs soignants de jour seraient les suivants :

  • Unité 1 et Clinique = 3 / 3 (+ 1 de journée ?)
  • NBH = 4 / 4 (+ 1 de journée)

La nuit, les effectifs seraient de 2 par unité.

Ces effectifs seraient affinés en fonction des choix des personnels et pourraient être plus confortables du fait de la législation actuelle qui confirme que désormais, les accompagnements au JLD ne se feraient plus à l’extérieur mais dans une salle d’audience dédiée au sein de l’hôpital.

Concernant les postes de psychologues et d’assistantes sociales, des réunions sont en cours.

La CGT fait observer que les bureaux de consultations sont excentrés des unités d’hospitalisation et en nombre insuffisants.

Pour la Direction, tout est question d’organisation d’autant que le projet est maintenant figé et que l’on ne pourra plus augmenter le nombre de bureaux ni les réintégrer dans les unités. On peut, selon elle, imaginer 2 assistantes sociales par bureau ! (dans 12 m² ?)

A propos des secrétaires médicales, la CGT obtient confirmation qu’aucun projet d’extension d’horaires de 17 h à 19 h ne sera mis en place, contrairement au projet pour les C.M.P. du Grand Nancy.

Concernant les effectifs médicaux jugés un peu faibles, la Direction répond qu’aucun moyen supplémentaire ne sera déployé.

CE QU’IL FAUT RETENIR DU PROJET NBH :

  • un projet où l’on met la charrue avant les bœufs,
  • un projet où beaucoup d’interrogations restent sans réponse,
  • l’abandon pour le moment des 12 heures,
  • une polyvalence et un effort d’adaptation considérable pour les personnels en poste, les soignants devront être " sportifs " (dixit le médecin)
  • la mise en place de poste d’infirmiers de journée peu concluants,
  • un travail axé sur le développement des activités thérapeutiques à moyens constants,
  • des affectations qui pourraient être revues en cas de mal-être des agents (faut-il attendre d’en arriver là ?), …

La CGT se tient naturellement à la disposition des agents pour toute question mais aussi pour définir ensemble toute action adaptée.