CHSCT extraordinaire du 17 janvier 2017 – incendie Unité F Le compte rendu de la CGT du CPN

102

En début de séance le 17 janvier 2017, les représentants des personnels au CHSCT ont tenu à remercier les professionnels soignants, la Sécurité et le cadre du BPEAS qui sont intervenus avec calme et professionnalisme face à ce sinistre inattendu.
Là où par contre le bât blesse, c’est au niveau de l’information au CHSCT sur cet événement indésirable.
A l’heure où la Direction nous propose une nouvelle rencontre pour réactiver la sous-commission ENNOV (avec à l’ordre du jour un point sur la définition des Evénements Indésirables Graves), il serait intéressant de savoir ce que la Direction entend comme événement suffisamment grave pour en informer le CHSCT.
Le secrétaire du CHSCT n’a reçu personnellement l’information que le lundi 9 matin à 8 h 30 mais uniquement de la part de collègues soignants et a pu constater que bon nombre de collègues (y compris au sein de la Direction) n’étaient même pas au courant !
Le secrétaire du CHSCT a aussitôt envoyé un mail à la Direction (la plupart des directeurs étant sur Ravenel) et a pu obtenir communication d’un rapport circonstancié de la part de M.MANGEONJEAN vers midi.
Nous avons bien pris connaissance de la note de service diffusée par le Directeur et avons eu vent de la réunion de débriefing qui s’est tenue le 10 matin.
Par contre, à aucun moment, nous n’avons été sollicités !
Pourtant des visites sont organisées sur place par M.SAUVAGEOT pour montrer l’ampleur des dégâts.
On peut donc clairement mieux faire côté info … ! 
 
Lors de ce CHSCT, la CGT a demandé à la Direction :

  • l’organisation rapide d’une visite des locaux sinistrés pour les membres du CHSCT ;
  • une information régulière sur ce dossier (avancées par rapport à l’assurance, travaux, affectation des personnels de l’Unité F) ;
  • que les professionnels ne soient pas utilisés comme variables d’ajustement pour combler les manques d’effectifs à gauche ou à droite (ex : MAS, …) ;
  • qu’aucune sanction ou mesure de rétorsion ne soit prise à l’encontre des agents (le fait que le feu a pris dans des chariots de linge dans le couloir est lié à un défaut d’organisation du travail et à un défaut d’infrastructure, à savoir des locaux linges parfois absents ou inadaptés) ;
  • que la Direction s’engage à rouvrir l’Unité F dès que possible et que cet incident ne serve pas de prétexte pour fermer le service ou partir sur un nouveau projet (22 lits ont pu être réaffectés rapidement sans qu’a priori, cela ne pose de problème dans l’établissement : curieux, non !?);
  • qu’une unité soit désormais réservée en première intention au CPN pour tout sinistre de ce type ou événement grave (déclenchement Plan Blanc, lits supplémentaires hôpital en tension, plan grand froid, …) afin d’éviter l’éclatement d’une équipe et la dispersion des patients dans d’autres unités ;
 La Direction a été en mesure de nous confirmer :
  • que dorénavant, le CHSCT sera informé comme les cadres, a minima par le biais de la messagerie chsct@cpn-laxou.com, sachant que les représentants CHSCT en poste restent joignables par téléphone (cf liste affichée obligatoirement dans les unités) ;
  • que le feu serait parti d’un chariot de linge auquel un patient aurait mis le feu ;
  • la mise en place d’actions de sensibilisation au risque incendie sur site ;
  • que l’Unité F rouvrira ses portes mais pas avant au minimum 3 mois (date dépendant à la fois des conclusions de l’enquête de police et de l’expertise des assurances, sachant qu’il y en a environ pour 2 mois de travaux) ;
  • que les agents de l’Unité F sont ventilés provisoirement sur d’autres UF (Unités A, B, C, D et UPPA) jusqu’à fin janvier mais recevront une autre affectation au-delà de cette date après rencontre avec la DSO ;
  • qu’un CREX sera réalisé et que les résultats seront présentés au CHSCT ;
  • qu’en cas de crise, il fallait privilégier l’ouverture des lits Plan Blanc déjà prévus dans les services plutôt que de réarmer tout un bâtiment comme Bonfils.